D’un boulevard à l’autre

D’un boulevard à l’autre les souvenirs n’ont pas le même âge,
Mais d’un boulevard à l’autre les balades sont en partage.
De Rio à Er-Rahel des noms sont dans les bagages
Et les lieux décrits comme des images
Facilitent les passages.
Les mots sont des ancrages.
Sur le boulevard à Er-Rahel les repérages sont en mémoire d’enfant faits des mêmes boutiques et du sud vers le nord, sur le trottoir de droite on passe devant l’ épicerie de l’aveugle ( Abdelkader Bellouati ?), puis devant celle de Jorro. Plus loin juste avant la mairie dans la rue transversale la charcuterie de chez Rodriguez.
Le cinéma /salle des fêtes, le bar de chez Cervantes, …le café boulangerie de chez Gauvin , la confiserie de chez Froment et plus haut le cabinet du docteur Grillot.
Et sur le trottoir d’en face en redescendant vers Rio, il y a la quincaillerie station d’essence de mon grand père Thomas Alcaraz , puis « le Cercle » où seuls les hommes peuvent entrer…la cordonnerie de chez Bénichou , la poste , le marché, le marchand de zlabias à la sortie de l’ école des filles et au coin de la rue de chez B.R. la pancarte Sassel.
( En 60/62 la station Shell à la sortie du village vers Lourmel est tenue par mon oncle Eugène Savall).
J’ai observé les lieux, gravé des itinéraires, mais pour conter des anecdotes il faudrait interroger des aînés-juste ceux qui ont de 6 à 10 ans de plus que moi- et les morts aussi!
Ils en ont tellement raconté dans nos repas de famille, à parler en français, en espagnol, et même en arabe pour que nous , enfants, ne puissions comprendre! Et ils ont beaucoup ri aussi !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.