Saint Éloi à Turgot.

Merci René pour ton article sur la Saint Éloi, patron des travailleurs comme les forgerons, charrons et autres métiers se servant d’un marteau pour façonner le fer. A Turgot, les ateliers de charrons, forgerons, de maréchaux-ferrants étaient nombreux car l’entretien du matériel viticole et l’utilisation de mules et chevaux, nécessitaient l’intervention de tels métiers.

Mon père, Albert ARMAND, faisait partie de ce monde là. A 14ans, pupille de la Nation, il a été embauché dans l’atelier de monsieur MONZA. Puis, il a continué son apprentissage chez monsieur GATEAU. Plus tard, il s’associe à Robert LOPEZ avant de s’installer à son propre compte, dans la maison familiale pour exercer le métier de charron-forgeron.

Aussi, notre enfance a été bercée par les bruits de la forge. Enfants, celle-ci nous a toujours attirés malgré l’interdiction de rôder dans les parages. Pourtant, notre curiosité étant plus forte, nous étions captivés par ce foyer permanent, rougissant le fer enfoui dans les braises incandescentes. Avec une profonde admiration, nous regardions mon père portant un grand tablier de cuir et muni de gants épais qui le protégeaient. Son ouvrier, Mohamed, actionnait le grand soufflet. Le fer rougissant était transporté à l’aide de grosses pinces sur l’impressionnante enclume. Puis la masse, énorme à nos yeux, assénait plusieurs coups retentissants sur cette barre encore brûlante pour lui donner la forme voulue. Ma sœur et moi, nous nous bouchions les oreilles et nos éclats de rire fusaient dans cet atelier. Que de souvenirs!!!

Plus grandes, nous ne pouvions plus y aller mais les coups de marteau parvenaient toujours à nos oreilles. Dans la cour, le nombre de charrettes, de tombereaux, de charrues augmentait durant les périodes des vendanges et des labours. Autant de lieux de jeux pour les enfants que nous étions : cachettes, maisonnettes,… Mais aussi, scènes de spectacles improvisés. Au mois de Juillet, les hommes de la forge préparaient la venue tant attendue des vendanges. Très tôt, ils allumaient les feux et remplissaient le grand baquet d’eau. Le cerclage des roues commençait. Les cercles en fer étaient chauffés et sertis sur les grandes roues en bois à grands coups synchronisés des masses. Puis, dans un grande nuage de fumée, les roues étaient plongées dans l’eau froide à proximité. Nous étions réveillés par toute cette effervescence, ces coups de marteau, et les voix d’hommes donnant des conseils ou des ordres. Pourtant,rassurée par ces bruits familiers , ce vacarme ne m’empêchait pas de reprendre mon sommeil.

Il reste que mon père faisait référence à ce bon saint Eloi. Peut-être même l’a-t-il fêté à sa manière tant son amour de ce métier l’a accompagné durant cette époque heureuse. Ces chauds souvenirs s’arrêtent là, hélas!

4 réflexions sur « Saint Éloi à Turgot. »

  1. Ton article, Christine , a réveillé un vieux souvenir. Mon père a été lui aussi forgeron, tout comme son père. Plus à l’aise à greffer un arbre qu’à suivre un cours de grammaire, il quitta l’école vers 13 ans. Ma grand-mère le plaça comme apprenti à la forge de M. FIRPO. J’ai, sur un socle, dans mon jardin, une petite charrue de 30cm de long, faite dans les règles de l’art. Mon père l’a façonnée chez M FIRPO.
    Etait-ce une épreuve pour tester les capacités de ses ouvriers? Possible.

  2. Bonjour Christine
    La lecture de ton récit nous transporte dans ces ateliers. Tout y est dit, on s’y croirait. Ces métiers, aujourd’hui disparus, ont toujours, dans nos villages, attiré la curiosité et souvent la fascination des adolescents que nous étions. Josette, Jean-Claude l’on très justement rappelé.
    Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.