Flânerie d’un re-confiné.

En ces périodes de … récession* de liberté personnelle, familiale, sociale, ne faudrait-il pas s’envoler vers des cieux plus cléments? Oui, mais le Monde entier est touché par cette pandémie, me direz-vous. Prenons donc les airs! Là-haut, nul doute que nous pourrons voyager sans risques. Et pourquoi ne voyagerions-nous pas avec Yanus ARTHUS-BERTRAND dans son excellent documentaire : « L’Algérie vue du ciel 2015« ? Rappelez-vous ce choc que le public eut lors de sa diffusion à la télévision. Nous, en particulier, natifs de ce même pays. Et je peux même affirmer que l’éblouissement (le mot n’est pas très fort) est apparu dès les premières images quand notre cher Rio est apparu, là, aux yeux du monde entier!!!!

Photo tirée de « l’Algérie vue du ciel » Yanus ARTHUS-BERTRAND-2015

Les spécialistes de l’analyse de l’image contesteront en prouvant que ce n’est pas notre cher village et s’useront les yeux à le démontrer. Pour ma modeste part, il s’agit de mon village natal. Point-Barre, comme disent nos jeunes.

Alors, en ces temps inhabituels d’inactivités extérieures, prenez une heure pour vous évader au-dessus de notre pays.

Bon Voyage!!!

.

*Le dictionnaire ROBERT (cher à tous nos compatriotes) nous confirme: Récession, nom féminin Astronomie: Récession des galaxies, leur éloignement progressif. Régression, ralentissement de l’activité économique. ➙ crise.  définitionssynonymesexemples

La boxe à Rio: Ambroise ASCENSIO, dit « Young », successeur de « Tony Dynamite ».

Avant de vous parler d’Ambroise, cousin germain d’ Antoine ASCENCIO,  dit Tony Dynamite, laissez-moi vous emmener, d’un simple coup de crayon, dans notre bonne ville de RIO SALADO. Nous sommes dans les années de jeunesse du cousin Antoine.

Yvon  LOZANO, notre mémoire saladéenne, me racontait que, durant les années 1915 à 1920, la boxe était un sport très apprécié par nos villageois. Les combats, véritables spectacles, se déroulaient sur la place du village. Le matin de  bonne heure, son père,  Jean LOZANO, conseiller municipal « chargé des loisirs », (dixit Yvon) venait installer le ring.  Au  centre de ce qui allait devenir le square MILHE POUTINGON, il disposait 4 tonneaux coiffés d’une estrade faite de planches Il clôturait le tout  avec des cordes fixées aux 4 piliers: le ring était fin prêt. Ces combats attiraient une foule de curieux, de tous bords qui s’agglutinait autour du ring envahissant la place. Tout ce petit monde suivait de très prêt le combat, encourageant de la voix les boxeurs. Lors d’un K.O, les spectateurs excités s’époumonaient à compter, dans un ensemble parfait, ces secondes fatidiques qui clouaient le vaincu au plancher. Le vainqueur, fatigué, quelque peu  amoché, mais heureux, était ovationné par des Saladéens admiratifs.

Plus tard, lorsque fut construit le cinéma le CASINO, pour l’occasion,  il se transformait  en salle de spectacles où se déroulaient aussi des combats de boxe. Le ring prenait place sur la scène. Encore jeune garçon, Yvon était venu, accompagné de ses frères, acclamer la vedette montante de la boxe: un enfant du village: Ambroise ASCENCIO, dit « le YOUNG« . Tout RIO était présent dans la salle, installé sur ces chaises en fer qui claquaient très bruyamment lorsqu’on se levait. Yvon, se souvenait encore de son admiration devant la musculature du boxeur: « des bras énormes qui faisaient peur à voir », me disait-il. Ambroise ASCENCIO, « le YOUNG«  comme on le surnommait, était le cousin germain d’Antoine ASCENCIO dit « TONY DYNAMITE« .

La  suite de mon article me vient de Raymond ASCENCIO, le fils d’Ambroise,

Le père d’Antoine et  d’Ambroise, ainsi qu’un troisième frère, furent élevés à l’orphelinat de MISERGHIN, dernier village avant d’arriver à ORAN.

Vous avez fait la  connaissance, dans l’article précédent, du premier des frères : le père de TONY, boucher,  déjà installé à RIO SALADO. Le deuxième frère, Ernest ASCENCIO,  épousa, le 6 septembre 1890,  Maria Ramona JAEN née à MERS EL KEBIR. Après la naissance du troisième enfant, ils quittèrent ORAN pour rejoindre La famille ASCENCIO à RIO, où ils s’installèrent eux aussi  comme artisans-bouchers. Ernest et Maria élevèrent 6 enfants, dont:

Armand, boucher à RIO.  Sa boucherie était située rue Maréchal FOCH, en face de la pâtisserie de PILAR.

– Auguste, appelé « TITO« , charcutier à RIO. La charcuterie  se trouvait rue Maréchal JOFFRE, pas très loin  du studio de photos de M. DUCHEMIN et de la boulangerie De Mme MACIA.

– et Ambroise, né à RIO SALADO, qui allait devenir durant les années 1930-1945 CHAMPION de BOXE  AMATEUR.

Ambroise est né le 19 septembre 1905. Le jeune Ambroise avait une force terrible, il était très grand: 1m85 pour 90kg. Un bel homme dirons-nous. Mais paradoxalement, toujours   d’après les dires de son fils, Ambroise avait un visage d’ « ange » . En fait, la boxe n’était pas son « truc ». En 1930, poussé par un manager, impressionné par sa force herculéenne, il se lança dans la boxe. Il deviendra entre 1930 et 1945, CHAMPION d’AFRIQUE du NORD, poids mi-lourd, et prendra le nom de AMBROISE ASCENCIO dit « YOUNG« .

Armand et Tito restèrent à RIO où ils régalèrent bons nombres de Saladéens.. Ambroise, lui, alla vivre à ORAN, continuant son parcours de champion, puis,  arbitrant les matches de boxe durant les années 1945…1962.

Pour aller plus loin dans le palmarès de ce champion:

https://boxrec.com/en/proboxer/744330

Tony ASCENCIO: p’tit gars de RIO SALADO, 1er rang mondial des POIDS COQ

21 Septembre 1948! Cette date vous rappelle-t-elle quelque chose? Pour certains, sûrement, mais pour d’autres: rien, j’en suis sûre!

 Alors rapprochez-vous et écoutez!

Le 21 septembre 1948, Marcel CERDAN obtint le titre de Champion du monde.  Je ne vais pas vous parlez du boxeur mais de son entraîneur: Antonio ASCENCIO, un garçon de chez nous, né le 12 décembre 1901 à RIO SALADO. GOOGLE m’a aidé dans mes recherches.

Rio Salado. la place publique vers 1900 (Archive de l’amicale du Rio Salado)

«Antonio est le fils de Marie  et de Ramon ASCENCIO. Il fréquente l’école communale où il apprend l’histoire de ses ancêtres les gaulois ….bien vite, il s’avère que les  études et lui, ne font pas bon ménage. L’automobile se développant dans les grandes villes et les premiers tracteurs apparaissant dans les champs de RIO SALADO, il y voit un métier d’avenir. En même temps, l’enfant canalise son trop plein d’énergie dans le sport et plus particulièrement dans la boxe. Le 2 août, la mobilisation est décrétée, les français d’ALGÉRIE se préparent à faire leur devoir. Antonio continue son apprentissage. Le 4 août, les Allemands bombardent BÔNE et la zone industrielle de PHILIPPEVILLE. Écoutant ces récits lors des discussions entre son père et ses voisins, Antonio enrage. Lors  d’un voyage à ORAN, il voit les légionnaires qui s’embarquent pour la FRANCE. Les faits d’armes de la LEGION sur le Front de FRANCE sont  largement commentés par la presse Algérienne. Le jeune  Antonio force la décision paternelle et ignore les larmes de sa mère. Le 18 octobre 1917, il se présente à SIDI BEL ABBES et contracte un engagement pour la durée de la guerre. Il n’a pas encore 16 ans. Pendant 4 mois, il apprend à devenir soldat… Le 10 février 1918, le jeune légionnaire arrive au dépôt de LYON. Bien impatient à  en découdre, il rejoint le RMLE sur la SOMME… Antonio est voltigeur de pointe à la 10ème compagnie du bataillon… Le 26 à 5h15 précises, les légionnaires se lancent à l’assaut des positions allemandes… Le succès est chèrement acquis. Le légionnaire ASCENCIO gravement atteint au pied gauche, est évacué sur un hôpital où il va  demeurer jusqu’au 7 Juillet… Pleinement rétabli, il rejoint son camarade juste à temps pour assister à l’ultime offensive de LUDENDORFF……Trois jours plus tard, la division marocaine, RMLE en tête, contre attaque…. Antonio  est touché par un éclat d’obus au bras gauche. Trois mois d’hospitalisation…. Il quitte l’hôpital le 25 octobre malgré l’avis défavorable des médecins. L’armistice du 11 novembre le trouve avec le RMLE  dans le secteur de CHATEAU-SALINS.

Il est démobilisé et retrouve sa famille à RIO SALADO où il est accueilli en héros. (La croix de guerre avec Étoile d’Argent, accompagnée d’ une Citation à l’ Ordre de la Division et plus tard  la médaille Militaire, la Médaille de la Jeunesse et des sports qui souligneront les qualités exceptionnelles  d’homme et de sportif de celui qui deviendra l’un des meilleurs boxeurs mondiaux de sa génération. Profitant de sa notoriété, Antonio  abandonne la mécanique pour se consacrer au  noble art. Il débute à ORAN, livre quelques combats , écume toutes les salles d’ AFRIQUE du NORD, où il se bâtit un palmarès de puncheurs dans la catégorie de « POIDS COQ », descendant parfois chez les « PLUMES». Il se construit très vite une superbe carte sportive. Intelligent, très mobile, doté d’ un crochet gauche ravageur malgré ses blessures, le jeune homme américanise son nom en Tony ASCENCIO

Photos tirées de GooGle.

Sa résistance et sa robustesse, forgées au feu impitoyable des tranchées, lui permettent de tenir sans problème les longs combats de l’époque. Une vingtaine de reprises ne l’effraie pas . Ses résultats dépassent bientôt les rives de la MÉDITERRANÉE.L’étape suivante se déroule naturellement à PARIS où il fait les beaux soirs du CIRQUE D’HIVER, ou de la salle WAGRAM. Dès le début, il foudroie d’un terrible crochet gauche CALOIR, le champion de France. KO au deuxième round pour la première fois de sa carrière,. Un peu plus tard, il bat le belge Henri HEBRANS, champion d’EUROPE, après l’avoir malmené pendant 20 rounds. Puis, il rencontre 2 fois Milou PLADNER champion du monde. Il est battu une fois aux points, mais fait jeu égal avec lui quelques années plus tard à CASABLANCA. Il boxe également à LONDRES où il bat le champion anglais ELKY CLARK par abandon à la quinzième reprise, à BARCELONE où  il met KO YOUNG CYCLONE au 8ème round devant une salle toute entière acquise à sa cause. Puis à BUENOS AIRES où il triomphe d’ Amador FABRA, toujours par KO.

Dès lors sa carrière a pris  une dimension internationale et Tony ASCENCIO part aux ETATS UNIS où il s’ installe au « BAY’S TRAINING CAMP of NEW JERSEY » où il travaille dur sous la direction d’entraîneurs réputés. Ses huit combats au MADISON SQUARE GARDEN de NEW YORK sont autant de victoires. Parmi ses victimes en 1927, des hommes aussi réputés que Willie JOYCE, Midget KILBURN ou Jimmy CONNOLY. Il a les honneurs de la presse et fait la couverture de plusieurs magazines américains, mais aussi des français qui parlent en 1928 de sa « tournée triomphale aux USA ». Son agressivité et sa puissance de frappe plaisent au public américain qui ne tarde pas à le surnommer « DYNAMITE TONY« . Sa cote monte et après ses victoires éclairs, il est pris en main par le manager Peri BERTYS du « TEAM DEMPSEY. ».

challengers au titre mondial, puis un match nul contre le champion du monde Johnny DUNDEE le propulsent au premier rang mondial des POIDS COQ. Ce que seul réussira plus tard parmi le français Alphonse HALIMI lui aussi d’ AFRIQUE du NORD.

C’est beau, n’est-ce pas? Allez sur le site officiel de la boxe:

https://boxrec.com/en/proboxer/066824

Vous pourrez ainsi contrôler l’incroyable palmarès de:

Antonio ASCENCIO,

dit TONY ASCENCIO 

dit DYNAMYTE TONY                                   

p’tit gars de RIO SALADO

Alors qu’il prépare le championnat du monde, un grave accident de cheval l’arrête en pleine gloire. Malgré son énergie farouche et ses efforts, il  ne sera plus jamais le rapide battant d’autrefois. Alors, sagement, il quitte le ring pour se consacrer aux jeunes sportifs casablancais. En 1935, parmi ces derniers se trouvent MARTINEZ et Marcel CERDAN. Dans son camp d’ entraînement qu’il a appelé CUBA, en souvenir des combats  qu’il a livrés à la HAVANE, Tony ASCENCIO,  le « p’tit gars » de RIO les fait travailler dur…..Les méthodes d’entraînement américaines basées sur une condition physique impeccable,  la notoriété de Tony et sa disponibilité enchantent la  presse locale. Avec Marcel CERDAN, originaire de SIDI BEL ABBES, et légionnaire d’honneur, Tony ASCENCIO goûte à nouveau aux joies de la victoire. Accompagnant le « BOMBARDIER MAROCAIN » à la conquête de la  gloire, il retrouve le parcours d’un gosse de RIO SALADO qui s’est fait une place au soleil avec ses poings. Les combats de son protégé le mènent dans toute l’ AFRIQUE du NORD et bien sûr à SIDI BEL ABBES où la vieille LÉGION l’accueille toujours comme l’ un des siens.

L’automne de sa vie est assombrie  par la « DÉCHIRURE ALGERIENNE ». L’exode de 1962 le mène en ROUSSILLON où il connaît la difficile adaptation des rapatriés. Il décède en 1976.  »

                          Mes sources dans GooGle :

   https://patrianostra.forum-actif.eu/t729-de-ascencio-tony-dit-dynamite-tony