Anecdotes pascales.

Ce présent article devrait logiquement exciter votre curiosité. Il s’agit en effet de dérouler sous vos yeux certains actes (de Pâques et de sa semaine Sainte) venus tout droit de nos coutumes.

Vous pouvez étoffer cette rubrique soit en laissant un commentaire (à gauche et au début du présent article) soit en envoyant votre « souvenir » -texte et peut-être photo- au ouedmaster.

Merci par avance pour votre contribution.

Notre agent ivoirien, René CARDONA, perpétue la tradition :

« En ce dimanche de Pâques, à Assinie*, nous avons encore une fois honoré notre
tradition du gaspacho (en espérant que ce ne soit pas la dernière).

photo R. CARDONA
photo R. CARDONA

Continuer la lecture de « Anecdotes pascales. »

L’ENTERREMENT de la SARDINE.

Simone ROL-BERNABEU raconte !

Dans les années 45-50 Monsieur BERNABEU Manolico, et ses frères Vincent et Fredou prirent la relève et m’enchantèrent avec leur «ENTERREMENT de la SARDINE»

  Les ORIGINES de l’ENTERREMENT de la SARDINE.

     … »entierro  de la sardina »….

Mais quelle est cette blague?

Voilà sûrement la question qui viendrait à l’esprit de nos jeunes compatriotes Pieds Noirs dont les parents Saladéens n’auraient pas évoqué ce singulier événement, concernant RIO et certainement d’autres villages.

Il s’agit en fait, d’un rite très ancien pratiqué encore de nos jours dans de nombreuses villes d’ESPAGNE avec énormément de faste.

Continuer la lecture de « L’ENTERREMENT de la SARDINE. »

« La paille au c.. pour toute l’année »

C’est de cette façon peu orthodoxe mais réelle que les voeux étaient présentés dans notre pays par certains plaisantins (dont beaucoup d’enfants). Comme toujours, l’origine se perd dans la nuit des temps (… au moins depuis 1830!!!). Voici une version (unique pour le moment) de cette histoire.

D’abord l’illustration qui vous guidera vers la …lumière….

Archive inconnue.

Continuer la lecture de « « La paille au c.. pour toute l’année » »

LES MOUCHES TSE-TSE (Gabon décembre 1969)

mouche-tse-tse
Mouche tsé-tsé ou glossine. Archive R.Cardona

Toujours dans le cadre de mon travail, je cherche  à rencontrer les forestiers pour les assurer. Après plus de six mois, je les ai presque tous vus aussi bien les particuliers que les Sociétés.  Il en reste quelques uns à voir au fin fond de la brousse ou sur des chantiers accessibles seulement en bateau ou en avion.

Continuer la lecture de « LES MOUCHES TSE-TSE (Gabon décembre 1969) »

ANECTODES PERSONNELLES ET AUTHENTIQUES SUR LES SORCIERS EN COTE D’IVOIRE.

En 1978, j’achète une R 16 neuve. Le directeur de Renault-Côte d’Ivoire est un Pied Noir et il m’accorde une bonne remise. Comme je l’utilise pour mes déplacements en brousse, je fais installer une plaque blindée sous le carter et des amortisseurs spéciaux. Si tout se passe bien le premier mois,  ça se dégrade très vite. A ma première sortie, les ennuis commencent.

Je profite des vacances scolaires pour organiser une tournée Travail suivie d’un W.E loisirs en famille. Je dois voir un assuré, M. Brastad, important planteur d’ananas  et propriétaire de l’Usine Safco, conserves et jus d’ananas à Tiassalé a environ 200 km d’ Abidjan. Route goudronnée.

usine-safco-tiassale
Usine de la SAFCO à Tiassale (archive R. CARDONA)

Continuer la lecture de « ANECTODES PERSONNELLES ET AUTHENTIQUES SUR LES SORCIERS EN COTE D’IVOIRE. »

Rio Salado à st Denis de la Réunion (Francis-Pierre DIEGO).

Par un beau samedi de 1980, le 747 air France se pose à la Réunion. 13 heures : je rentre à mon domicile tout proche en passant par la « piste » pour contrôler la sécurité mise en place. 2 couples de métropolitains (z’oreilles) m’abordent. Des gendarmes en short, chemisette et chaussettes…et bronzés! Nous tapons une petite « tchatche » chemin faisant vers l’aérogare :

– Vous êtes pieds noirs… vous !

– Et ouais et alors ?

– Dans l’avion, il y en a un qupassager qui va pêcher « le gros » à Maurice. Il est d’un village, le plus beau de tous : « Rio Salado ».

Vite au bar du transit. Là,  sur un tabouret,  devant une Anisette, le Saladéen. Tape sur l’épaule :

– Monsieur,  vous êtes de Rio?

– Ouais. Pourquoi ?

– Moi aussi.

– Et tu es le fils de qui? pas intimidé par mon uniforme.

Une fois identifié, il a poussé un cri puis s’adressant aux 2 couples :

– Quand je vous disais que Rio c’est le plus beau village au monde.

Même à la Réunion le chef de Brigade est un compatriote et je connais bien ses parents.

C’était Léon Gouaut.

Service ou pas service,  nous avons trinqué à notre Village.

Francis-Pierre (août 2016)

Jolie bouteille… Sacrée bouteille… (par Marie Dominique EPPHERRE).

Bouteilles l'Algérienne.png
Photo Marie EPPHERRE

Récemment, je faisais du tri avec ma mère, née Pierrette Sanchez,  dans de vieilles affaires du garage quand nous sommes tombées sur ces 12 bouteilles de l’Algérienne d’Oran (voir photo ci_dessus).

Continuer la lecture de « Jolie bouteille… Sacrée bouteille… (par Marie Dominique EPPHERRE). »

Rencontre au bord d’une route (Francis-Pierre DIEGO).

Eguilles (13).  Je commande la brigade de ce charmant village provençal proche d’Aix en Provence. En transport d’enquêtes, je croise un véhicule arrêté sur le bas côté de la route. Un homme, carte routière en main, cherche visiblement sa route. Je m’approche, le salue ainsi que son épouse et là stupeur totale, Roger JIMENES et madame. Je leur indique l’hôtel où ils devaient se rendre, ils me remercient et je réponds :  « Avec plaisir, Roger« . Ils ne m’avaient reconnu. Je vous laisse deviner notre joie de Saladéens.

Quant à moi, c’est lui qui m’a appris à jouer au basket, mon sport de cœur, celui de notre village, que j’ai pratiqué jusqu’en 2010. Ce sport qui m’a permis une fantastique intégration en 1962 à Beauvais (Oise).

Merci Roger, merci notre JSS.

Francis-Pierre. (août 2016)

Anecdotes sous l’arbre à palabres. (par René CARDONA)

TABLEAU R C._01JPG
Archive René CARDONA.

A la demande de notre ouedmaster et dans le but ‘’d’alimenter’’ notre site, je vous  relate certaines anecdotes  absolument  authentiques  qui, si elles m’ont marqué, ne vous intéresseront peut être pas.

C’est tellement personnel  lié à l’âge, au lieu, aux circonstances ….

Aujourd’hui 

Continuer la lecture de « Anecdotes sous l’arbre à palabres. (par René CARDONA) »

Près de la guinguette au bord de l’eau.

Louis PERES se rappelle :

La guinguette de Turgot Plage
Photo archive de Rio : « La vraie guinguette de Turgot plage ».
 » Si certains étés, à la plage de Turgot, il était facile de traverser la rivière à gué, d’ autres années, la mer était plus haute et alors les barques de pêche pouvaient s ‘amarrer tout près de la guinguette de Baptiste, au bord de la rivière.
Un matin,un saladéen, réputé « salpeur » pour ses sorties très matinales alors que les autres pêcheurs étaient encore au lit, eut une très désagréable surprise.
Tard dans la nuit, en sortant d’ un bal de chez Masson (chut , taisons les noms) une bande de copains passe en chahutant devant la barque du salpeur.
Plaisanteries, rires. Quand l’ un d’ eux propose l’idée «  »géniale « de monter la barque sur la rive. Les voila tous poussant le bateau pour le monter sur la berg .
Grosse rigolade en imaginant la tête du « salpeur » le lendemain matin…Un autre jeune complète la farce en proposant de jeter en vrac dans l’ embarcation les rames des barques voisines et pourquoi ne pas y ajouter des cailloux ?
Aussitôt dit, aussitôt fait…Mais le poids de la barque alourdie se fait sentir et il est difficile de la tirer davantage quand on se marre tellement….Ecroulés de rires, ils abandonnent finalement la barque proue en l’ air et poupe dans l’ eau.
Voilà qu’au petit matin, à son heure habituellement très matinale, équipé de sa « capacha » ,des « cañas »,du « salabré », notre salpeur se dirige vers sa barque;.
Et là , il n’en croit pas ses yeux! Sa barque est dans une drôle de position.
il essaie de la décoincer tout en criant, en débitant les meilleurs jurons de notre répertoire saladéen : rien n’y fait. Bien entendu à cette heure là , la plage est encore déserte et personne pour l’ aider.
Alors, fou de rage, il appelle les gendarmes pour faire constater les faits.
Arrivée des gendarmes.

RAPPORT DE LA MARECHAUSSEE : 

« Dans la nuit, sous la montée des eaux, le flux a soulevé l’avant du bateau jusque sur la berge et l’a coincé, la proue en l’ air.
Quelques heures après, le bateau a glissé en arrière car le reflux a baissé le niveau de l’ eau.
Et au petit jour, le nouveau flux, avec la montée des eaux, a rempli la barque et l’a poussée sur la rive »

Qui dit mieux ? trois marées dans la nuit à Turgot !