La pêche au boliché*. Souvenir… Souvenir…

Archive du net.

En parcourant la presse régionale, on peut trouver la pêche au « bouletchou » qui rappelle étrangement notre pêche au boliché. A n’en pas douter, le lien ci-dessous vous conduira tout droit vers vos souvenirs d’enfance .

http://thau-infos.fr/index.php/terroirs/peche/26110-la-peche-au-bouletchou-de-meze

Bien évidemment, vos souvenirs concernant cette pêche, bien souvent conviviale chez nous, remontent à la surface.

Peut-être même voudriez-vous nous les faire partager? Pourquoi pas? N’hésitez pas d’y aller de votre commentaire personnel en cliquant en haut à gauche de cette rubrique.

  * Curieusement, quand on se réfère au mot « boliche » (que nous prononcions « bolitché« ), le dictionnaire espagnol nous dit qu’il s’agit du… cochonnet du jeu de boules. Encore un faux ami ibère!!!

L’épave de Portijol.

Jadette SALVA, notre archiviste, nous renseigne :

Il y a quelque temps de cela, un internaute nous demandait des renseignements concernant l’épave du bateau qui repose au large des côtes de PORTIJOL.

Voici les informationse que nous avons pu recueillir.
Ci-dessous, une carte simplifiée montrant les positions de l’épave.

portijol_carte

L’épave qui se trouve au large de CHAPA LA SAL et de PORTIJOL est celle d’un landing-ship.(*)
En 1954, l’étrave de ce bateau était encore visible. Elle émergeait de la surface de 2 à 3m. Ce navire venu couler à cet endroit était planté à la verticale sur le fond.
A-t-il été victime du débarquement américain de 1942 à BOU ZADJAR ou torpillé par un sous-marin. Peut-être, revenant de BENI SAF chargé de minerai de fer a-t-il sombré par mauvais temps ? Nous n’avons aucune information sur l’origine de cet événement.
La mer aidant, cette épave s’enlisait lentement. Dans les années 60-61, l’épave avait complètement disparu de la surface de l’eau.

Cependant, ayant pris des repères, Yvon LOZANO, lors de ses sorties en mer, pouvait l’apercevoir par mer calme (par  » mar chafa », comme disait Miguel le pêcheur de la TURGOT PLAGE). On la distinguait par 3 ou 4 m de fond.

portijol_03
Photo prise par Y. LOZANO alors que l’épave était à peine recouverte. Yvon a le pied sur la coque du landing-ship afin d’empêcher les bateaux de se cogner.

(*)Un Landing ship medium est un bâtiment de débarquement pouvant décharger directement sur les plages des véhicules lourds. Il se classe entre les LCI (Landing Craft Infantry) et les LST (Landing Ship Tank).

Conçus durant la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis où ils seront construits à 558 exemplaires entre 1944 et 1945, ils sont nommés dans la Marine nationale française comme bâtiment de débarquement de chars.

Leur longueur est inférieure à 100 mètres et leur masse est d’environ 1000 tonnes.
(archive WIKIPEDIA)

La liche et le loup.

peche_mero_bermudes_lulu
Photo A. BERMUDES

Lulu BERMUDES et Jean-Claude BELDA montrent la liche de 15kg et le loup de 1.5kg.

(photo prise à Turgot devant la maison Bermudes)

Salut.
Vieux souvenir !

C’est une liche de 15 kg tuée à la seca avant Punta Larga avec Jean Charles (FABRE) et mon Père (Isidore BERMUDES).
Nous étions partis de Turgot, la mer avait été mauvaise et les eaux étaient troubles, pas de visibilité. Nous plongions à chaque instant. Ils se sont trouvés au mauvais moment, le llobaro 1,5 kg et la liche .
C’est Jean Charles qui a piqué la liche. Ils se sont trouvés face à face quand il remontait du fond. J’ai entendu le coup de fusil et j’ai vu ce poisson piquer vers le bas. Je l’ai suivi et piqué à mon tour. A l’impact, il s’est décroché de la 1ère flèche.

A cet âge, nous étions rapides : elle a eu droit à une 3ème flèche. Bien frappée quand même, on voit les impacts. (André BERMUDES)

Prise de deux loups (bars communs ou tachetés).

peche_loup
Lucas admire le tableau de pêche. Il est certainement fier de son grand-père.
Notre ami, Paulo DIAZ, pêcheur invétéré, communique :
« Le plus gros pèse 6 kg, le deuxième 1,600 kg. Tous deux pris en plage le 17 août dernier entre 6 h 30 et 7 h du matin.
Les amateurs de pêche en mer en surf casting apprécieront (quelques saladéens en particulier)« .

Le denti (dentex dentex).

peche_dorade_richard

Le pêcheur s’appelle Richard ANDREO

(sous le reagard bienveillant de son regretté oncle Tanou VIDAL).

Le poisson est un « denti » de 1.720 kg, péché au large de Brescou-Cap d’agde (Méditerranée).

Chapeau l’artiste ! ! !

Fiche poisson :

Le denti ou denté est un des poissons favoris des pêcheurs Méditerrannéens, essentiellement pour sa combativité et son goût succulent. Pêcher un denti a de quoi rendre fier car les dentis sont méfiants.

Le denti, dont l’espèce la plus répandue est le denti commun, ou dentex dentex est un sparidé, comme les daurades ou les pagres, qui se différencie de ses congénères par l’absence de molaires. Le denti ne dispose en effet que de 8 canines pointues dont il se sert pour attraper ses proies, des petits poissons comme les chinchards, rascasses orphies ou maquereaux, et occasionellement des céphalopodes.

On trouve le denti quasiment exclusivement en méditerannée, les meilleures périodes pour le pêcher sont du printemps à l’automne car le denti part plus au large pour passer l’hiver. Les dentis s’approchent des côtes de fin Mars à fin Mai pour se reproduire. Ils évoluent alors en bancs dans moins de 50 mètres d’eau autour de hauts fonds, ou d’enrochements au milieu d’algues.

Le denti mesure généralement entre 30 et 70 cm et pèse entre 1 et 5 kg, il peut parfois atteindre 1 mètre pour plus de 10 kg, mais de telles captures sont rares.

La daurade coryphène.

Le papa du pêcheur, Gislain Ruiz, nous écrit :

« Je souhaite enrichir la rubrique » Chasse, Pêche,… » d’une photo prise lors de la traversée de l’Atlantique en catamaran par mon fils, Régis, La Rochelle-Canaries-Fort de Franc,) en février 2005.
C’est une dorade (ou daurade) coryphène d’environ 90 cm. »

 ruiz_daurade_01

ruiz_daurade_02

Continuer la lecture de « La daurade coryphène. »