Saint Éloi à Turgot.

Merci René pour ton article sur la Saint Éloi, patron des travailleurs comme les forgerons, charrons et autres métiers se servant d’un marteau pour façonner le fer. A Turgot, les ateliers de charrons, forgerons, de maréchaux-ferrants étaient nombreux car l’entretien du matériel viticole et l’utilisation de mules et chevaux, nécessitaient l’intervention de tels métiers.

Mon père, Albert ARMAND, faisait partie de ce monde là. A 14ans, pupille de la Nation, il a été embauché dans l’atelier de monsieur MONZA. Puis, il a continué son apprentissage chez monsieur GATEAU. Plus tard, il s’associe à Robert LOPEZ avant de s’installer à son propre compte, dans la maison familiale pour exercer le métier de charron-forgeron.

Aussi, notre enfance a été bercée par les bruits de la forge. Enfants, celle-ci nous a toujours attirés malgré l’interdiction de rôder dans les parages. Pourtant, notre curiosité étant plus forte, nous étions captivés par ce foyer permanent, rougissant le fer enfoui dans les braises incandescentes. Avec une profonde admiration, nous regardions mon père portant un grand tablier de cuir et muni de gants épais qui le protégeaient. Son ouvrier, Mohamed, actionnait le grand soufflet. Le fer rougissant était transporté à l’aide de grosses pinces sur l’impressionnante enclume. Puis la masse, énorme à nos yeux, assénait plusieurs coups retentissants sur cette barre encore brûlante pour lui donner la forme voulue. Ma sœur et moi, nous nous bouchions les oreilles et nos éclats de rire fusaient dans cet atelier. Que de souvenirs!!!

Plus grandes, nous ne pouvions plus y aller mais les coups de marteau parvenaient toujours à nos oreilles. Dans la cour, le nombre de charrettes, de tombereaux, de charrues augmentait durant les périodes des vendanges et des labours. Autant de lieux de jeux pour les enfants que nous étions : cachettes, maisonnettes,… Mais aussi, scènes de spectacles improvisés. Au mois de Juillet, les hommes de la forge préparaient la venue tant attendue des vendanges. Très tôt, ils allumaient les feux et remplissaient le grand baquet d’eau. Le cerclage des roues commençait. Les cercles en fer étaient chauffés et sertis sur les grandes roues en bois à grands coups synchronisés des masses. Puis, dans un grande nuage de fumée, les roues étaient plongées dans l’eau froide à proximité. Nous étions réveillés par toute cette effervescence, ces coups de marteau, et les voix d’hommes donnant des conseils ou des ordres. Pourtant,rassurée par ces bruits familiers , ce vacarme ne m’empêchait pas de reprendre mon sommeil.

Il reste que mon père faisait référence à ce bon saint Eloi. Peut-être même l’a-t-il fêté à sa manière tant son amour de ce métier l’a accompagné durant cette époque heureuse. Ces chauds souvenirs s’arrêtent là, hélas!

Qui s’en souvient?

Nous venons d’entamer le mois de Décembre et les médias nous reparlent,
comme tous les ans, du CALENDRIER de l’ AVENT.
Moi, j’étais bien jeune à Rio, (il y a bien longtemps) et, si je ne souviens pas de  »L’AVENT » par contre, je me souviens qu’au début décembre, on fêtait Saint Éloi, patron des forgerons, maréchaux-ferrants, mécaniciens et autres métiers mécaniques.

Ce matin-là il y avait chez tous les professionnels , offert aux clients , amis (en fait, à tous), un casse-croûte comme on savait les faire à Rio.
Quelle ambiance conviviale, amicale, joyeuse et moqueuse avec des plaisanteries dans un idiome bien de chez nous !!!
Pour ne  »vexer » personne, on passait allégrement de chez Firpo, chez Mourcet, chez Pep, chez Jurado et tous les autres qu’il me serait difficile d’énumérer aujourd’hui.
Au menu : c’était sardines, petits rougets, longanisse, grillés. et charcuterie . Tout ce que nous aimions.  Je ne parle pas du vin qu’on pouvait boire soit dans un verre (pas en plastique) soit (j’ai oublié le nom) à la régalade, à la bouteille avec un roseau taillé en biseau (écolos avant l’heure).

Je pense qu’à midi, au déjeuner, peu de participants devaient faire honneur au repas familial.

Aujourd’hui je ne retrouve pas sur le calendrier St Éloi en décembre . Il a peut être été…confiné ! Ou il est tout simplement resté à RIO qui savait tellement le fêter.

René CARDONA
Abidjan
05 Décembre 2020

Illustration de Jadette Salva, notre archiviste omniprésente.

1911-La forge de Grégoire VALERO. Les familles de forgerons. Au premier plan, l’enclume. (Archive de l’amicale du Rio Salado).
1931- la forge de M. FIRPO-Antoine et Tanou FIRPOBernabé SANCHEZGrégoire VALERO. (archive de l’amicale du Rio Salado)
Atelier CARREGA- M. CARREGA au centre- M. MAESO casque colonial- Tio Pépé tablier (archive de l’amicale du Rio Salado)
La forge d’ Albert MOURCETAlbert RIZOAbdellah GOURINETAlbert MOURCET (archive de l’amicale du Rio Salado)
Atelier M.MALLEBRERA (archive de l’amicale du Rio Salado)
1914- ouvriers ferblantiers du côté de la gare. (archive de l’amicale du Rio Salado)
(Archive de l’amicale du Rio Salado).
(Archive de l’amicale du Rio Salado).
Atelier Francis PEREZ (Archive de l’amicale du Rio Salado).



« Le BOUYOUYOU. »

Jean MarcGELY m’a envoyé une vidéo dans laquelle Ghalem BOUHA nous raconte le « BOU YOUYOU ».

Mais, qui peut avoir oublié le BOUYOUYOU! Le petit train mythique d’ORAN?

Écoutez, GHALEM BOUHA vous raconter l’histoire de ce petit tortillard qui sillonnait la région, entre ORAN et HAMMAM BOU HADJAR. « Petite fleur » de Sidney BECHET interprétée par Fausto PAPETTI, et « Mourir d’aimer » par le VIOLINO Orchestra, vous accompagneront pendant le trajet. Mais avant de vous hisser dans les wagons du BOUYOUYOU, je tenais à vous situer l’époque de ce petit train. « MÉMOIRE VIVE » , la revue du CDHA (Centre de documentation historique sur l’ ALGÉRIE), a publié un article de Guy MONTANER, sur « Le BOU YOUYOU, le petit train de la nostalgie ». En voici un extrait:

« …NAPOLEON III, lors d’ un discours avait dit: «  Nous avons des territoires incultes à défricher, des routes à ouvrir, des ports à creuser, des barrages à réaliser, un chemin de fer à installer. Nous avons en face de MARSEILLE un vaste royaume assimilé à la FRANCE… » Voilà pourquoi quelques années après furent mises sur rail de vieilles machines un peu dépassées par l’âge…parmi ces dernières, une de celles qui fut à l’origine de notre récit. Baptisé « BOU YOUYOU », Ce petit train mythique à vapeur, à voie étroite de 1,05m, plein de promesses, fut chargé d’ assurer la desserte entre ORAN et HAMMAM BOU HADJAR, toute nouvelle station thermale, qui attirait nombre de visiteur. …..Une ligne de 72km, présentant parfois quelques difficultés , synonyme de folklore durant les 3h que durait le trajet… »

c’est la fameuse Compagnie du TRAMWAY d’ ORAN, créée en BELGIQUE le 21 avril 1906 qui, après bien des démarches administratives, ouvrit la ligne de notre BOU YOU YOU en 1911 ( notes de Guy MONTANER.)

Et BOU YOU YOU , pourquoi?

Je laisse Ghalem BOUHA vous l’ expliquer:« Les passagers du Bou YOU YOU prenez place , la vidéo va démarrer , Bon voyage dans le temps passé!.

La boxe à Rio: un champion amateur.

Je vous avais bien dit que RIO SALADO était passionné de boxe! Je vous présente aujourd’hui: Louis DE TORRES , 23 ans, né le 19 mai 1900, boxeur amateur dans les poids welters. Pour les non-initiés: « poids welters »: catégorie dans laquelle se classent les boxeurs dont le poids est compris entre 63,5kg et 67kg.

Louis DE TORRES, lors  de son dernier match, le 14 Avril 1923,  rencontra un boxeur Noir, costaud, dont le nom fut oublié. Le combat fut rude,  Louis DE TORRES venant à bout de son adversaire,  réussit à l’envoyer au tapis. Il   fut déclaré vainqueur. Il rentra chez lui couvert de bleus certes , mais content et heureux. D’autant plus que, pendant le match, son épouse mettait au monde leur premier fils: EMMANUEL. Louis DE TORRES fut également  le père de Louis, Yvettte, Marie-Claude, André et Lucie.

Devoir de mémoire: 1er novembre 2020.

Quelques photos récentes  du cimetière de Rio, démontrant qu’il a bien été réhabilité et le message de J.J. Lion, président du CSCO, que je remercie, ainsi que son équipe, pour le travail déjà accompli et celui qu’il poursuit toujours pour les autres cimetières d’Oranie.

« En cette journée mémorielle, le CSCO déposera en notre nom à tous, ABS, CSCO , Oranais,  Mascaréens, Saïdeens, Kébiriens, Mostaganémois, Belabésiens, Saladéens, Témouchentois, Tlemcéniens, et amis de tous les villes et villages d’Oranie, une gerbe et des prières en différents lieux de toute la région PACA.

Malgré l’âge et les difficultés de tous ordres, nous maintenons notre DEVOIR DE MÉMOIRE.

Nous savons et partageons la douleur et la souffrance que les récents événements et agressions barbares doivent réveiller en vous? Ces fleurs déposées en votre nom en  seront le témoignage.

Nos correspondants locaux, toujours présents, actifs et dévoués, nous ont transmis des nouvelles réconfortantes des travaux entrepris ou en cours sur les différentes nécropoles. Un reportage est en préparation et vous sera adressé par l’intermédiaire de notre publication : le DDM.

Mgr Jean Paul Vesco se rendra ce jour au cimetière Tamazouhet d’ORAN pour bénir nos tombes présentes et la mémoire des éloignés et disparus. Les autorités françaises seront représentées.

Mémoire et fidélité restent présentes, portées par nos prières.
ND de Santa Cruz  les sanctifiera pour nous.
Merci à vous tous
. »

En votre nom à tous,
Dr Jean-Jacques Lion
Pdt CSCO
et tout le Conseil d’administration.

La boxe à Rio: Ambroise ASCENSIO, dit « Young », successeur de « Tony Dynamite ».

Avant de vous parler d’Ambroise, cousin germain d’ Antoine ASCENCIO,  dit Tony Dynamite, laissez-moi vous emmener, d’un simple coup de crayon, dans notre bonne ville de RIO SALADO. Nous sommes dans les années de jeunesse du cousin Antoine.

Yvon  LOZANO, notre mémoire saladéenne, me racontait que, durant les années 1915 à 1920, la boxe était un sport très apprécié par nos villageois. Les combats, véritables spectacles, se déroulaient sur la place du village. Le matin de  bonne heure, son père,  Jean LOZANO, conseiller municipal « chargé des loisirs », (dixit Yvon) venait installer le ring.  Au  centre de ce qui allait devenir le square MILHE POUTINGON, il disposait 4 tonneaux coiffés d’une estrade faite de planches Il clôturait le tout  avec des cordes fixées aux 4 piliers: le ring était fin prêt. Ces combats attiraient une foule de curieux, de tous bords qui s’agglutinait autour du ring envahissant la place. Tout ce petit monde suivait de très prêt le combat, encourageant de la voix les boxeurs. Lors d’un K.O, les spectateurs excités s’époumonaient à compter, dans un ensemble parfait, ces secondes fatidiques qui clouaient le vaincu au plancher. Le vainqueur, fatigué, quelque peu  amoché, mais heureux, était ovationné par des Saladéens admiratifs.

Plus tard, lorsque fut construit le cinéma le CASINO, pour l’occasion,  il se transformait  en salle de spectacles où se déroulaient aussi des combats de boxe. Le ring prenait place sur la scène. Encore jeune garçon, Yvon était venu, accompagné de ses frères, acclamer la vedette montante de la boxe: un enfant du village: Ambroise ASCENCIO, dit « le YOUNG« . Tout RIO était présent dans la salle, installé sur ces chaises en fer qui claquaient très bruyamment lorsqu’on se levait. Yvon, se souvenait encore de son admiration devant la musculature du boxeur: « des bras énormes qui faisaient peur à voir », me disait-il. Ambroise ASCENCIO, « le YOUNG«  comme on le surnommait, était le cousin germain d’Antoine ASCENCIO dit « TONY DYNAMITE« .

La  suite de mon article me vient de Raymond ASCENCIO, le fils d’Ambroise,

Le père d’Antoine et  d’Ambroise, ainsi qu’un troisième frère, furent élevés à l’orphelinat de MISERGHIN, dernier village avant d’arriver à ORAN.

Vous avez fait la  connaissance, dans l’article précédent, du premier des frères : le père de TONY, boucher,  déjà installé à RIO SALADO. Le deuxième frère, Ernest ASCENCIO,  épousa, le 6 septembre 1890,  Maria Ramona JAEN née à MERS EL KEBIR. Après la naissance du troisième enfant, ils quittèrent ORAN pour rejoindre La famille ASCENCIO à RIO, où ils s’installèrent eux aussi  comme artisans-bouchers. Ernest et Maria élevèrent 6 enfants, dont:

Armand, boucher à RIO.  Sa boucherie était située rue Maréchal FOCH, en face de la pâtisserie de PILAR.

– Auguste, appelé « TITO« , charcutier à RIO. La charcuterie  se trouvait rue Maréchal JOFFRE, pas très loin  du studio de photos de M. DUCHEMIN et de la boulangerie De Mme MACIA.

– et Ambroise, né à RIO SALADO, qui allait devenir durant les années 1930-1945 CHAMPION de BOXE  AMATEUR.

Ambroise est né le 19 septembre 1905. Le jeune Ambroise avait une force terrible, il était très grand: 1m85 pour 90kg. Un bel homme dirons-nous. Mais paradoxalement, toujours   d’après les dires de son fils, Ambroise avait un visage d’ « ange » . En fait, la boxe n’était pas son « truc ». En 1930, poussé par un manager, impressionné par sa force herculéenne, il se lança dans la boxe. Il deviendra entre 1930 et 1945, CHAMPION d’AFRIQUE du NORD, poids mi-lourd, et prendra le nom de AMBROISE ASCENCIO dit « YOUNG« .

Armand et Tito restèrent à RIO où ils régalèrent bons nombres de Saladéens.. Ambroise, lui, alla vivre à ORAN, continuant son parcours de champion, puis,  arbitrant les matches de boxe durant les années 1945…1962.

Pour aller plus loin dans le palmarès de ce champion:

https://boxrec.com/en/proboxer/744330

Quand « Bao Dai », empereur d’Anam, est venu à Rio-Salado.

C’est une anecdote véridique, que j’ai entendue souvent racontée à la maison.
Bao Dai avait fait la connaissance de la cousine de mon père, Camillette Rosello, à Vichy – haut-lieu de cure, et de villégiature chic- dans les années 1930. ( Mon grand-père s’était lié d’amitié avec Pierre Loti!)
Elle était, paraît-il, d’une beauté ensorcelante.
Coup de foudre, échange de correspondance…C’est ainsi que Bao Dai vint à Rio, avec sa suite, la demander en mariage. On imagine l’émoi du village… Elle déclina la proposition. Mais elle fit relier toutes ses lettres dans un marocain de cuir rouge que ses enfants ont dû garder.

Le général LECLERC à Rio: suite.

Bonjour Marie Jeanne! Ton article est très intéressant, il soulève un  pan de l’HISTOIRE de RIO SALADO que beaucoup d’entre-nous ne connaissaient pas. En suivant l’exemple de notre « ouedmaster » et avec l’aide de mon fils nous avons « surfé » sur le site de:

« chars-français.net » : histoire du 12è régiment de chasseurs d’ Afrique « 

http://12rcahistorique.canalblog.com/

et nous avons recueilli de nombreuses informations concernant la venue du Général LECLERC , dans notre village que tu évoques, pour notre plus grand plaisir, dans ton article .

«….

– le 14 février 1943,  par voie ferrée,  l’ État-major, les 1er Escadrons et l’PHR rejoignirent RIO SALADO, petite commune de l’ Oranie en ALGÉRIE, pour y cantonner.…..

-Le 15 février,  le groupe autonome fut rebaptisé: 12e Régiment de Chasseurs d’AFRIQUE, et transformé en régiment de chars.

-Le 1er mars, le lieutenant Colonel de LALANDE, chef de corps, décida de remanier complètement l’organisation du Régiment:

– Chef de Corps : Lieutenant Colonel de LANGLADE à Rio Salado

– Commandant en second : Chef d’Escadrons DIDELOT à Rio Salado

– Commandant adjoint : Chef d’ Escadrons MINJONNET à Rio Salado

– Capitaine Commandant l’EHR : Capitaine STARCK à Rio Salado                                                                                                             

– Escadrons d’ Échelon :  Capitaine ROUVILLOIS à Rio Salado

– 2éme groupe cantonné à HAMMAM BOU HADJAR

– 7éme Escadron Capitaine GRIBIU, détaché pour la campagne de TUNIS à Turgot

– 1er Escadron :  Capitaine PROUHET à Turgot

 – 456 hommes pour le régiment.

Le 3 mars, l’arrivée des jeunes des CHANTIERS de JEUNESSE permit de renforcer les escadrons.»

« A RIO SALADO, le RCA continua son instruction et son entraînement sur 4 vieux chars FT17 dénichés à ORAN .

-En juin 43,  le régiment avait également récupéré des camions FIAT italiens, en parfait état de marche, provenant de la reddition de leur troupes à  TUNIS , le mois précédent.

On peut lire dans le compte rendu du Général SAINT DIDIER,  commandant la Brigade Légère Mécanique en juin 1943 :

« …pour conclure, disons simplement que 19 chars sur 23 sont aujourd’hui à RIO SALADO.»

Et plus loin :

«RIO SALADO, avec sa petite église, sa mairie, le square,d’une propreté méticuleuse et à l’ensoleillement quasi perpétuel, faisait penser à une petite ville de province de la MÉTROPOLE. Les officiers et les sous-officiers étaient logés chez l’ habitant .

En ces temps difficiles, il y avait à RIO SALADO, pour chaque chasseur une « marraine de guerre » qui lui tricotait chaussettes et pulls et lui envoyait, en même temps qu’une photo, quelques gâteries: soutien moral efficace…

– Un jour du mois de juillet 43, tous les officiers et sous-officiers du régiment, environ 120 personnes, furent convoqués  au cinéma du village par le général LECLERC. Ce dernier arriva en saharienne, short, sa canne au bras, accompagné sur scène par le colonel de LANGLADE. Quelques mots, quelques détails sur la 2e DB en formation, et sa profonde conviction en la victoire finale.

– A compter du 3 août 1943, le 12è Régiment de Chasseurs d’ AFRIQUE fut formé en Régiment de Chars Légers.

– Le 9 août, le général GIRAUD vint visiter le régiment à RIO SALADO.

– Le 24 août 1943,  le Général LECLERC reçut officiellement le commandement de la 2èDB.»

Bravo Marie Jeanne! Et encore un Grand  Merci pour cette page d’Histoire de notre village que ton article nous a permis de découvrir.

Le général LECLERC à Rio.

Printemps 1942.
Venant du Maroc, un convoi militaire s’arrête à la ferme Llorens, à Ain-Kial. L’officier demande à boire. L’oncle de mon père, François, leur propose à boire et à manger. Ils apprécient le bon vin, et continuent sur la route nationale. Dans l’après-midi, quand il rentre chez lui, à Rio, il voit un important attroupement sur la place du village. Il reconnaît les soldats. Au milieu, l’officier, qui s’était arrêté à sa ferme, en train de commencer la conscription. On l’informe qu’il s’agit du Général Leclerc de Hautecloque, venu recruter l’armée d’Afrique. La 2e DB était née.
C’est la génération de mon papa, qui est partie libérer la France. Ils avaient 21 ans.

NDRL: pour conforter ce qui vient d’être écrit plus haut, un site internet nous apporte la preuve:

http://2db.forumactif.com/t2533-algerie-rio-salado

Les fêtes de village : Rio Salado.

QUE LA FÊTE COMMENCE….!  (Jadette Salva)

            Après le 15 Août, les viticulteurs désertaient la plage et regagnaient RIO afin de préparer les caves en vue des vendanges. Le village resplendissait de lumières et de couleurs,  les forains étaient déjà en place, l’orchestre s’installait.

                                                 LA FÊTE POUVAIT COMMENCER !!!

C’était l’évènement dominant de l’année. Elle se déroulait pendant la dernière semaine de septembre. Les employés municipaux, sous la direction d’élus dévoués et compétents, s’occupaient de la décoration du village et veillaient au bon déroulement des festivités. Mr. DESSAUX avait la responsabilités des ateliers communaux dans lesquels il  surveillait la réalisation des décors que vous avez pu admirer durant toutes ses fêtes .

 Yvon LOZANO me racontait que, dans les années 1920, avant la mise en place des fêtes, dans le style que nous avons connues,  elles   étaient très succinctes, pour la bonne raison que la sonorisation n’existait pas encore. La  seule musique que l’on pouvait écouter sur la place du village était « la musica viento » , car  seuls les instruments à vent pouvaient se faire entendre. Alors la municipalité faisait venir les musiciens de la Légion Étrangère. Un kiosque en bois prenait place au centre de la place. Les tambours, trompettes, clairons, de l’ orchestre charmaient nos grands parents. Ces légionnaires, me disait Yvon,  s’installaient pendant deux ou trois jours dans le village, campant  dans un hangar appartenant à Mr. CAMALONGA et situé dans la ruelle jouxtant la maison de Mr JOUVE, (villa CARREGA maintenant). Puis au cours des ans ,les fêtes prirent, à l’initiative de Vincent CARDONA, grand-père de notre ami René, le style que nous avons tous connu. 

Fête des Vendanges (27 septembre 1929) archive amicale du rio Salado.
La clique des années 20 (archive de l’amicale du Rio Salado).

La RETRAITE aux FLAMBEAUX…….

(avec l’aimable participation d’ Yvon LOZANO et d’Antoinette APPARICIO)

Les fêtes débutaient le vendredi à la tombée de la nuit, par la retraite aux flambeaux. D’aussi loin que j’ai pu remonter en questionnant les uns et les autres, la retraite aux flambeaux a toujours marqué le début des festivités.

            Yvon LOZANO, toujours lui, (nous te remercions Yvon, du fond du cœur,)  me racontait ces moments de joies partagées. Le défilé se formait tout au bout du village vers Ain Temochent, et descendait le boulevard en direction de la poste. La CLIQUE SALADÉENNE, formée de jeunes de tous âges, et dirigée par Mr. MORENI , ouvrait le cortège, interprétant tous les airs à la mode. Le Conseil Municipal, Monsieur le Maire en tête, suivait la fanfare. Le défilé grossissait au fur et à mesure de son avancée. Les villageois venaient se greffer au cortège poursuivi par une nuée de gamins, des pétards plein les poches.

             Des années plus tard, Antoinette MALLEBRERA-APARICIO, me décrivait une  retraite aux flambeaux plus importante et plus colorée. Au bord du trottoir, le long du boulevard, à deux ou trois mètres d’intervalles, des récipients en fer attendaient le passage de 2 préposés. Ils devaient y mettre le feu quelques minutes avant l’arrivée de la fanfare,  libérant ainsi des feux de Bengale multicolores qui embrasaient la rue, éclairant le cortège. Ajoutez à cela, les lanternes en papier se balançant au bout d’une perche que les enfants tenaient fièrement à bout de bras. Tout ce monde joyeux et bruyant s’acheminait vers l’autre bout du village. Quelques années après, je me souviens encore de cette musique tonitruante qui emplissait tout le quartier et de l’odeur âcre des pétards qui éclataient de toutes parts nous forçant ma sœur et moi à chercher refuge dans les jupes de ma mère.     

               Les illuminations du village, la musique qui s’éloignait, les terrasses des cafés, la fumée des brochettes qui cuisaient sur le « kanoun » de KHADA  et de SULTANA, la foule déambulant de tous côtés,tout cela promettait   une fête   très réussie! Au fil des ans, l’orchestre AMALFI fit danser nos mères sur les plus beaux tangos du monde. Le village prenant du caractère, nos dirigeants de l’ assurance, de grandes formations vinrent faire valser et « swinguer »les jeunes et moins jeunes de nos saladéens: André FARRUGIA, BOB ROLLAND, Luis MARIANO (en visite), MARIO ROSSI ( deux années) Eddie WARNER, Los JAVAYOLAS, et j’ en oublie…Non! Non! Aimé BARELLI n’est pas venu à RIO, mais à LOURMEL! Et, tandis que nos aînés se laissaient emporter par le FOX-TROT, la SAMBA, le MAMBO, LE BOLERO, nous, les plus jeunes nous nous « éclations » comme disent nos petits-enfants, dans des danses telles que la RASPA, Le SPIROU, La BOMBE ATOMIQUE.

Ah! Ces Fêtes! Elles attiraient toute la jeunesse des villages voisins. RIO SALADO restera toujours lié au souvenir ineffable de ses fêtes.

           50 ans après, assistant  au bal du réveillon de l’année 2009, alors que je passais prés d’un groupe venant de Lyon, faisant la fête dans le même hôtel que nous, j’entendis:

-Moi, monsieur, je viens d’ Oran.

Je m’ approchais, et sur le même ton, je lui dis:

-Et moi monsieur, je viens de Rio Salado.

D’un bon, il se retourne, et, d’une voix pleine d’ émotion, s’écrie:

–DE RIO SALADO! Oh! Mon Dieu, madame! (et là, il pousse un long soupir)

Rio Salado! Que de joie! Que de souvenirs! et vous savez madame, nous venions d’ORAN pour assister à ses fêtes!!!

Clique des années 30 (archive de l’amicale du Rio Salado)

Les COURSES DE CHEVAUX le LUNDI de la FÊTE des VENDANGES.

Le lundi matin, les fêtes des Vendanges duraient trois jours. Les Saladéens, la gente masculine plus précisément, prenait le chemin de La FOLIE. Attendez! Ne vous emballez pas! Laissez-moi le temps de vous expliquer: La FOLIE était le nom de la propriété de René KRAUS. Elle se situait à la sortie de RIO, en allant vers ORAN. Une belle allée plantée d’oliviers vous conduisait au corps de la ferme. A La FOLIE, vous aviez le plaisir de faire, entre autre chose, de l’équitation, ou d’entraîner des chevaux en vue d’une éventuelle course. Bref! Connaissant les Saladéens, La FOLIE devint tout simplement pour eux, l’ HIPPODROME DE RIO SALADO. Et c’est dans cette allée bordée d’oliviers que, le troisième jour de fête des Vendanges, avait lieu la fameuse course de chevaux.

Avant de vous parler de course, je tenais à résoudre cette énigme: d’où venait ce nom, LA FOLIE? J’ai donc contacté Constant KRAUS, Tétou, pour les amis. Il m’a appris que cette propriété appartenait, à l’origine, à Jean COMBES. Jean COMBES, que nous avions « rencontré », vous vous en souvenez, à la mairie où il fut adjoint spécial de 1888 à 1896. Ce monsieur, un des pionniers de notre village, fit construire dans cette propriété une maison -écoutez bien!- une maison à deux étages! Nous sommes dans les années1900. RIO est encore à l’état embryonnaire. Les quelques habitants du village, n’ en croyaient pas leurs   yeux. Une maison à deux étages! « Una locura! » (Une folie!). Elle allait s’effondrer à la première occasion! Les Saladéens, déjà à l’affût d’ un bon mot, la baptisèrent: « La FOLIE du PÈRE COMBES« .

Lors de mes investigations, j’appris par André DE TORRES qu’il y avait une autre FOLIE à RIO. Elle se situait à la sortie du village, en allant vers AÏN TÉMOUCHENT. C’était une parcelle de vigne, une enclave dans les terres d’ Edouard CARDONA. Aussi, voulait-il l’acquérir, malgré les refus de son propriétaire, le grand-père d’ André, Manuel ANDREU. Celui-ci en désespoir de cause,  lui proposa un prix exagéré, vraiment déraisonnable. L’acheteur conscient de son acte, accepta l’offre en prononçant ces paroles: « C’est une folie ». Et  cette enclave garda, pour la famille ANDREU,  le nom de la FOLIE.

  Pas de course dans cette FOLIE-là!

Revenons à nos courses de chevaux du lundi de fête des vendanges. Yvon LOZANO, notre mémoire, me racontait que RIO comptait de très bons cavaliers. Certains avaient leurs écuries, leurs  chevaux. Ce lundi-là, la journée promettait d’ être belle. Les aficionados et les curieux arrivaient  entre amis, par le boulevard national. D’autres, comme me le confiait Henri CLAVERIE,  plus courageux, empruntaient un chemin de terre situé derrière la cave de Louis KRAUS, à droite, au bout de  la rue de TURGOT aboutissant  également à la FOLIE . Tout ce monde s’installait en bordure de l’allée, sous les oliviers. Tandis que les chevaux prenaient place sur la ligne de départ. Il y avait là, selon les dires d’Yvon,  cavaliers et montures prêts à s’ élancer sur la piste de la FOLIE:

                         Achille KRAUS ( Achilou pour les amis),

                         Enriqué TORRES (amicalement appelé Toraïco),

                          François MACIA (le père),

D’autres fois, on pouvait voir:

                          Mimoun, notre sympathique chauffeur de taxi

                          et M. PALOMO

et, présents à toutes les épreuves, les cavaliers arabes venus participer à la course, Tous très doués, d’après Yvon.

C’était un plaisir de les voir galoper tous ensemble. Qui remportait les courses? Le souvenir est trop lointain, et d’ailleurs sans importance aujourd’hui.

Les chevaux ont été une passion pour certains Saladéens. Le premier de ces passionnés fut Emile JOUVE. Dans le livre:  » La formidable épopée des Oraniens », on peut lire:

« Monsieur Emile JOUVE, qui est un ami du cheval, ne néglige aucun sacrifice pour le montrer, a créé une écurie de course selon les directives qui lui sont personnelles, et on peut affirmer que d’ ores et déjà, il a obtenu de très larges et légitimes satisfactions. Dès avant la guerre, il possédait deux demi-sang dont la valeur était réputée ( …) Aussitôt la paix conclue, il se préoccupe de donner à son écurie, une impulsion nouvelle. Son pur-sang RAIFORT gagna de haute lutte le GRAND PRIX D’ALGER en 1922. »

Plus près de nous, le second aficionado fut Rafael POVEDA. J’avais demandé à son petit fils Robert WARNERY de me parler de la passion de Rafael pour les  chevaux:

« Je me souviens, me dit-il, de la façon dont il se prenait à rêver en regardant sa jument ESTRELLA , et son poulain MÉTÉOR qui s’ ébattaient dans le grand parc de la ferme, près du djebel SIDI KACEM, parc réservé à leur dressage. Les chemins de terre qui desservaient les accès aux parcelles de vigne autour de la propriété, avaient été aménagés en piste adéquates  aux normes des champs de courses homologués, pour parfaire leur entraînement de TROT ATTELÉ. (….) En cette année 1958, dont je me souviens avec émotion, mon grand-père Rafael nous emmenait avec mon ami Gérard LAMBERT à l’ hippodrome du FIGUIER pas très loin de LA SENIA près d’ ORAN. Rafael était propriétaire d’ ÉGÉRIA, et d’ HELIOTROP des chevaux de course. (…) Quelle joie! Quelle fierté dans son regard, dans son maintien quand il gagnait une course!… »

Un troisième amoureux de chevaux fut Louis DE TORRES. André m’a raconté que son père a acheté à Edouard CARDONA une jument de course: MASCOTTE. Elle courut de nombreuses fois à l’hippodrome du FIGUIER.

La passion des chevaux ayant de nombreux adeptes dans le village, ce fut normal d’avoir des courses sur l’hippodrome de RIO: LA FOLIE.

J’oubliais  de vous parler d’ une autre course, dont Albert RICO, évoqua , des rires plein la voix: la course de bourricots farfelue et délirante qui attirait un public de jeunes….Cette course se déroulait, m’a-t-il dit, à la ferme CARREGA  qui  se trouvait du côté de la gare .

 Pour étoffer ou compléter toutes ces informations, je compte sur Vous TOUS. J’espère que ce n’est pas… « Folie » de croire  que vous m’aiderez!

Vue aérienne de Rio Salado (archive de l’amicale du Rio Salado)
Rafael POVEDA.