Mise en avant

EN DESCENDANT le BOULEVARD : 2ème balade.

Si nous reprenions notre promenade! Tiens? Des nouveaux venus dans notre groupe? Soyez les bienvenus parmi nous! Suivez-nous! Nous allons déambuler d’une maison à une autre, au gré de mes souvenirs. Nous sommes maintenant, en continuant notre parcours initial, devant la maison de M. GRAS.

Devant la porte, sa fille Paulette accompagnée de ses amies Joujou SEMPÉRÉ, Olympe CALLAMAND, Paulette et Lucienne LAMBERT, Gisèle MACIA, paraissent bien animées. Elles projettent sûrement une sortie. Laissons-les à leurs papotages. Savez-vous que cette maison fut, dans les années 57-58, une crèche? C’est l’action Catholique, dirigée par madame BOUR et une trentaine de bénévoles, qui l’a créée et mise sur pied. En avançant un peu plus, nous voici devant la vieille maison de Joseph POVEDA, mon oncle. Nous l’avons habitée quelques temps. Elle est restée fermée jusqu’à …. ce 31 décembre 1959. Vous souvenez-vous du couvre-feu qui paralysait le village? Nous les jeunes, avions décidé avec l’aide de Sylviane et René mes cousins, de célébrer, malgré tout, la nouvelle année dans la salle à manger de la vieille maison. Il y a avait là : Eugénie, Norbert, Armande, Louis, Nadia, Blondine, Jocelyne, Michel, Josette, René, Sylviane, Jacques, Jadette, Odile, René, Chantal, Jean-Louis, Titou, Marie-Jo, Paul et d’autres dont les noms m’échappent. Que de souvenirs!!! Dès 8h du soir, jusque vers 6h du matin, plus personne dans les rues. Nous étions une vingtaine de copains enfermés, à enterrer l’année 59. C’était l’année du BIG BISOU, des PLATTERS, de GLORIA LASSO, de DALIDA, de Paul ANKA, de Harry BELAFONTE, de BILL HALEY…..et les cha-cha-cha, les mambos, les calypsos, les slows, les rock se succédaient. Les jupes, en tissus d’ameublement et fort juponnées, tournoyaient de plus belles! OUF!! Ça « crépite » dans ma tête! Un vrai feu d’artifice!!!!,!!! !!! Allez! Pas d’émotion! Coupons court! Refermons doucement la porte de notre « Nigth Club » d’un soir et passons à côté. Toujours la maison du Tonton Pépico. Le portail de la cour est entrouvert. Entrons! La curiosité est permise. Il y a bien du remue-ménage! Hum! l’agréable fumet! Voyez-vous ça ! Toute la famille semble être réunie. Je vois: on prépare des gaspachos! Chacun s’affaire. La poêle est sur le feu de bois. Le bouillon mijote. La table n’est pas encore dressée. Les plus jeunes, eux-aussi, donnent un coup de main. Ils débitent avec application des petits morceaux de galettes encore tièdes qu’ils amassent sur un torchon blanc, mangeant en cachette, de temps en temps, un petit carré de pâte. Le Gaspacho est en bonne voie et en bonne main. Nous reviendrons un peu plus tard prendre l’apéro avec eux. Sortons admirer la villa de l’autre côté de la rue : La villa ROSELLO. Que de fois je l’ai admirée! Les volets étaient toujours fermés! Cette famille, je l’appris plus tard, résidait à ALGER et venait à RIO quelques jours, puis repartait. Je n’ai jamais vu les enfants. Seulement madame LAGET, une respectable dame à cheveux blancs. Qui était-elle? Je ne l’ai jamais su. Continuons notre balade! Avançons jusqu’à l’angle de la maison et tournons à droite. Direction…. le cinéma d’ Alfred SALA et de Méméto VIRUEGA : « Le TRIUMPH »!! Quel beau cinéma ce TRIUMPH! Moderne! Rien à voir avec le VOX et le CASINO que nous visiterons plus tard. Le TRIUMPH est tout récent, grand écran fermé par des tentures de velours rouge, murs tapissés de toile de jute, fauteuils confortables en velours rouge aussi. Vous voyez l’ambiance!! Hé!… vous entendez cette musique? « La Danse du Feu « de Manuel de FALLA qui nous appelait l’entracte fini : « Mesdames et Messieurs veuillez regagner vos places, la séance va commencer». Oh! La! La! les souvenirs se bousculent! Et les soupirs aussi..!Arrêtons là! Regagnons le boulevard. Pas de mélancolie s’il vous plaît! En face la maison de la grand-mère ARACIL, grand-mère de Marie-Jeanne et de Marie-Paule. Mais où vécut aussi notre ami « Petit René » comme l’appelait sa mère, Fifine CARDONA. Tiens! Rose-Marie est assise sur les marches à l’entrée. Elle attend sûrement son frère Paul. Plus loin, sur ce trottoir, l’atelier de monsieur SEMPÉRÉ, bourrelier de son état, le père de Paule. Devant la porte, les colliers des mules attendent qu’on vienne les récupérer. Dans les années 30, monsieur NAVARRO, le grand-père d’ Eva, Gaby, Francine et Henri, cardait le crin, pendant que son épouse et ses ouvrières habillaient les belles saladéennes. Mais regardez donc qui s’avance vers nous? NINITCHE!!! Comment ? Vous ne vous souvenez pas de Ninitche! Le chien de monsieur et madame JEAN! Un caniche tout frisotté, comme moi, lorsque je sortais du salon de coiffure de monsieur JEAN! Le chien s’installait à l’entrée, sous le rideau de perles et il fallait lui demander pardon pour passer. Avec la mode de l’indéfrisable, monsieur JEAN eut besoin de renfort, Jeanine COLLMAN, Annette MILLAN et je pense Hermine JAÏME, vinrent coiffer la plupart des têtes saladéennes. Puis Claudine CHORRO prit la suite. C’est elle qui me fit un superbe chignon, pour mon mariage, à grand renfort de laque. Et oui! Vous m’entendez soupirer? Désolée! C’est que je n’ai plus jamais eu de chignon! Allez! Je galège comme disent les Sétois. Je plaisante quoi! Mes soupirs vont vers ce temps écoulé, bien sûr!!!Pas de regret! Laissons ces dames travailler et allons dire bonjour à madame MACIA, qui est au balcon juste au dessus de nos têtes. Elle attend François et Arlette. Gisèle a déjà convolé en justes noces avec Camille POVEDA. Et d’année en année, ma mémoire et mes souvenirs nous emmènent sur le trottoir en face où réside le docteur GUTIERREZ, son cabinet médical attenant à son logis. Savez-vous qu’en juillet 1953, le docteur Marcel RUIZ le remplaça le temps d’un été? Vous pouvez me croire : je vous l’assure. Je peux vous le confirmer. J’ai mes informateurs! C’est Michelle CHORRO qui, encore une fois, m’a rapporté l’info, et un gentil message du Docteur RUIZ lui même, qui garde un très bon souvenir de Rio et de la plage où il allait se baigner entre midi et deux heures. Après le départ du docteur GUTTIERREZ, c’est Maryse et ALFRED SALA qui s’y installèrent. Et…tout près de leur maison, enfin! Le premier d’une longue liste de cafés, le café de madame GATTI. Je dois vous dire ,vous les jeunes recrues de notre groupe, que chez nous il n’y avait pas de bars mais des cafés. Ça y est! René est content! Il ne les voyait pas arrivés ces cafés! «N’oublie pas de parler des cafés Jadette!». Comme si nous pouvions les oublier! Arrêtons un instant, le temps de déguster une boisson: «Nous prendrons bien un petit café, madame GATTI, nous avons encore une longue promenade à faire», Savez-vous qu’il y avait 13 débits de boisson dans le village. Nous irons les voir de plus près au cours de notre balade.! Allons! Continuons! Passons en face voir Madame Callamand. Elle nous donnera des nouvelles de Claude bientôt médecin. A côté, l’atelier de monsieur PEREZ le vulcanisateur, « ROJO« , comme l’appelle ses copains. Des colonnes de pneus s’entassent devant la porte. Une grande enseigne DUNLOP orne sa devanture. J’oublie sûrement quelque chose, mais je n’allais jamais voir monsieur PEREZ. Nous avions BOUDISSA pour nos vélos. Antoine et Christine, ses enfants, sont sûrement à la maison. Et nous voilà devant la banque C.F.A,T (Crédit Foncier d’ALGERIE et De TUNISIE). Belle bâtisse, n’est-ce pas! Monsieur ROSAS Marcelin assura la direction en 1928. Dans les années 45, monsieur DELPORTE prit la relève. Madame DELPORTE Madé et Hélène devinrent des saladéennes. Après leur départ, ce fut M. BONIOL qui prit les commandes. Il avait une fille dont j’ai oublié le nom qui fréquentait l’école primaire. Le dernier directeur fut monsieur Lucien GARAIT, le père de René, d’Yvette et de notre ami Christian. Bien sûr, vous n’avez pas oublié les employés Jean ESTÈVE,notre supporter sportif, Jeannot YVARS, et Lucien DION. Que tout cela est loin! Et cependant si présent dans ma mémoire!!!! Nous n’irons pas plus loin: la promenade a été longue et nos jeunes recrues s’y perdraient.

Mise en avant

EN DESCENDANT le BOULEVARD à RIO

Je voulais vous parler d’écoles. Des nôtres bien sûr. Mais la nostalgie et les souvenirs aidant, je vous emmène faire l’école buissonnière. Suivez-moi! Je vais vous balader le long du boulevard en faisant de temps en temps quelques incursions dans les rues toutes proches puisque aujourd’hui c’est :

                            ATELIERS PORTES-OUVERTES à RIO

Continuer la lecture de « EN DESCENDANT le BOULEVARD à RIO »

8ème balade (bis): Nos maires. (1865-1940)

Je dois auparavant vous avouer que, pour cette partie de notre balade, j’ai eu besoin d’un sérieux coup de main. Sans l’aide de Jean-Claude CARREGA, je ne vous aurez pas  entraînés dans une visite aussi détaillée et complète  de notre mairie et de ses occupants successifs.  Alors, mes promeneurs occasionnels, nous vous emmenons revivre le temps passé. Jean-Claude, je te laisse la parole:

«Bonjour à tous! Un rappel essentiel: Le territoire d’AÏN  TEMOUCHENT dont dépendait RIO (jusqu’en 1859) était très vaste. Il s’étendait jusqu’à MISSERGHIN, et comprenait AÏN KIAL, et AÏN el ARBA.. Administré par les militaires, c’était un capitaine qui faisait fonction d’officier d’État Civil. En 1860, ce territoire passa sous la responsabilité d’un administrateur civil  désigné par l’État: Émile PAYEN,  qualifié de « commissaire civil« .

En 1864, le territoire d’AÏN TEMOUCHENT fut érigé en commune de plein exercice. Emile PAYEN en devint le premier maire. Ce fut à partir de cette date qu’apparaissent les  adjoints spéciaux de RIO  qui feront alors fonction d’officiers  d’État Civil distincts  de celui d’AÏN TÉMOUCHENT.

Pour anecdote, vous pourriez lire sur le registre de l’État Civil d’AÏN TÉMOUCHEN l’annonce    des deux premiers mariages de Rio-Saladéens :

      – celui, en 1860, de  Louis Henry DE GOURNAY marié à  Antoinette GARNIER,

      – et, en 1861, celui de son frère, Auguste DE GOURNAY et de  Marie ALBERGE.

 A partir de 1865, les actes de naissances, mariages et décès furent inscrits dans les propres registres  de l’État Civil de Rio Salado».

Bon! Vous voilà  informés. Vous nous suivez? Nous pouvons donc continuer notre incursion dans le passé de notre mairie. Lors de sa création, par décret impérial de 1858, le village dépendait, comme nous l’avons mentionné plus haut, de la commune d’AÏN-TÉMOUCHENT, dont il constituait une annexe. De ce fait, jusqu’en 1884, date à laquelle il devint commune de plein exercice, son administration était du ressort d’un adjoint municipal. Cette mise au point étant faite, continuons notre plongée dans le temps, et accueillons le premier d’ entre eux:

  • Le comte Louis Henri DE GOURNAY de SENICOURT, 1er adjoint spécial, délégué de l’administration. Charge correspondante à celle de maire bien sûr. Il exerça cette fonction de 1865 à juin 1869. Henri DE GOURNAY eut une concession au Camp du RIO SALADO en 1859. Il eut fort à faire en tant que premier responsable du village.

Robert TINTHOIN, Dr es-lettres-ex-directeur des Archives d’Oran, nous signalait que:

« Le choléra, les sauterelles, la sécheresse et le froid rigoureux des années 1867-1868 furent accompagnés d’une forte mortalité».

Son arrière-petite-fille, Brigitte DONVILLE ne vous est pas inconnue. Vous avez sûrement lu son livre: « La fleur de l’Aloes » de Maud ARNAUD. Roman ayant pour toile de fond, les premières années de notre village.

–      Lui succéda comme adjoint spécial: François ARNOUX. Il assura son mandat de juin 1869 à juin 1875.

  –   Son frère, Marcel ARNOUX, exerça la même fonction quelques années plus tard, d’avril 1880   à janvier 1881. Les deux frères, originaires de SARRIANS dans le VAUCLUSE, arrivèrent à RIO en 1868.

Je ne peux vous en dire plus. Je laisse aux Saladéens plus compétents le soin de nous éclairer.

  • Entre les deux frères ARNOUX, Louis JACOBIN, fut à son tour délégué spécial d’octobre 1879 à avril 1880.

En février 1864, il arrivait d’AUCH  et s’installait dans « la partie la plus malsaine de la région, au bord de l’oued Rio Salado, à la MITIDJA ( tiré du Livre d’ or de l’Oranie). J’ai relevé dans le livre de sa petite fille, Henriette JACOBIN-MONTIGNY ce que sa grand-mère, Marie Louise BILLON, raconte:

« Il n’y avait alors qu’un poste de cantonnier et trois ou quatre modestes maisons…..Notre               mariage fut le premier célébré à Rio Salado. La place publique était un maquis constitué d’épaisses broussailles, palmiers nains, lentisques, jujubiers entrelacés en fourrés impénétrables ». La briqueterie JACOBIN fut créée en 1875.

  • Le dernier adjoint spécial de RIO SALADO, désigné par le gouverneur fut Alexandre MILHE POUTINGON, le père de Joseph que nous avons déjà rencontré. Il occupa cette fonction de février 1881 à mai 1884.

Pendant son mandat,  en 1882 plus précisément,  Robert TINTHOIN, nous dit:

«…l’érection du Centre en Commune de plein exercice est demandée. Après 2ans  d’incessantes démarches, un décret du 20 Mars 1884 permet à RIO SALADO d’accéder au régime communal avec un territoire de 3000ha».

Alexandre ne s’en tint pas là. On peut lire dans « RIO SALADO 1925 » de Joseph MILHE POUTINGON

« …Un marché à longue échéance conclu avec Alexandre MILHE POUTINGON permit à     M. VIC, négociant à ORAN, de créer de toutes pièces, une installation appropriée pour l’élaboration des mistelles…..C’est donc à ce dernier que RIO SALADO doit en grande partie l’extension de son vignoble et partant de sa fortune.»

      –    A partir de Mai 1884, RIO devint une commune de plein exercice.

  –    François ARNOUX  fut à nouveau à la mairie. Mais élu  cette fois en tant que premier     maire. Il y resta de mai 1884 à septembre 1886.

  – Henri DEGOURNAY  (la particule est rattachée au nom) lui succéda d’octobre 1886 à       avril 1888.

Nous l’avons déjà rencontré aussi nous allons rendre visite au huitième de nos édiles, mais en fait notre troisième maire: Jean COMBES.

  • Jean COMBES occupa cette fonction pendant 2 mandatures: de mai 1888 à mai 1896.

Il naquit à ARAGON dans l’Aude, où il exerçait la profession de tailleur de pierre. Ce qui lui valut de partir pour l’ALGÉRIE afin de  participer à la construction du pont  du Rio Salado.  Le pont en bois fut emporté par une crue. Il acquit par la suite une concession de 15hectares de lentisques et palmiers nains. Robert SEROIN me raconta que, pendant son mandat, Jean COMBES, à l’occasion de l’Exposition Universelle de PARIS en 1889, présida au banquet des maires de France, sous la Tour EIFFEL. Il avait obtenu une médaille d’or décernée par le ministre du Commerce de l’Industrie et des Colonies, pour son vin. J’ajoute que, si vous allez vous promener dans l’allée centrale du cimetière, tout au bout, vous pouvez admirer le buste de ce maire. « L’ECHO D’ORAN » du 11 novembre 1909 nous apprend que :

« L’on vient de placer au cimetière, le buste en marbre de M. Jean COMBES ancien maire de RIO SALADO, œuvre du statuaire oranais FULCONIS. Ce buste est d’une ressemblance parfaite et d’une exécution irréprochable ». (https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Guillaume_Fulconis)

Pardon? Des questions? Vous voulez savoir s’il y avait des descendants de Jean COMBES dans notre village? Attendez! J’ai quelque chose à vous montrer, un écrit relevé dans ce fameux registre d’État Civil de « ce village tout jeune » :

      « Le 12-12-1900 a été enregistré le mariage de:

SEROIN Anthelme Marin Laurent né le 7-7-1871 à AMBÉRIEU  fils de SEROIN Antoine Marin décédé et de SANVILLE Jeanne

avec

COMBES Lucie née le 25-12-1881 à ARAGON (Aude) fille de COMBES Jean Désiré et de DAT Marguerite».

 Vous voilà informés. Jean COMBES était l’arrière grand-père maternel de Jean Pierre, Yves, Luce, Paul, Henri, Robert, Marie Pierre, Guy et  de tous leurs cousins que je n’ai pu nommer.

  • En mai 1896, Henri LAGNEAU lui succéda jusqu’en Mai 1900.

Bien entendu, vous vous rendez compte que sans l’aide de mes amis Jean Pierre, Luce et Jean Claude, je ne pourrais vous tenir pareil langage. En fait, le nom des édiles  me « parlait » comme dit mon petit fils, mais sans plus. Alors Jean Claude CARREGA est encore venu me prêter main forte. Henri LAGNEAU était son arrière-grand-père paternel, père de Rose l’épouse de son grand-père François CARREGA, lui-même étant le fils aîné d’Étienne. Vous  connaissez ce dernier? Je vous l’ai présenté lors d’une de nos promenades. Il tenait le magasin général du boulevard national situé à côté de la boulangerie.

Vous y êtes? Nous continuons donc notre remontée dans le temps. 

      « Henri LAGNEAU, d’après un article d’Emile GARAIT paru sur l’ECHO du DIMANCHE de 1959, arriva en ALGERIE en 1878 et ouvrit, à RIO SALADO, un petit atelier de maréchal-ferrant pour satisfaire la clientèle du village et des environs.»

Aux élections de Mai 1900, Henri LAGNEAU fut battu par Joseph MILHE POUTINGON. Inutile de vous dire que les relations entre les deux hommes furent quelques peu refroidies. Son fils Achille LAGNEAU se présenta par la suite. Il ne fut pas élu.

  • De mai 1900 à mai 1940, Joseph MILHE POUTINGON, fut le maire du village.

Vous avez vu une partie des réalisations faites dans Rio au cours de sa mandature. Écoutez M. Claude PETIT, ancien député, lors de  la remise de la Légion d’ Honneur à M. MILHE POUTINGON:

« Enfant de ce pays, puisque vous y êtes né, vous avez donné à cette terre algérienne, comme tant de vos aînés le meilleurs de vous même, c’est à dire votre cœur……vous avez pu heureusement faire aboutir un programme de travaux indispensables au développement et à la prospérité de cette belle ville….aujourd’hui nous avons devant nous une petite ville agréable, riante et coquette qui fait l’admiration de tous les visiteurs, Messieurs ! On le doit à la vaillante population de RIO SALADO et à son digne maire M. MILHE POUTINGON.»

      Faisant suite à M Petit voici une partie de l’allocution de M. Paul BOUR, président du      Syndicat agricole:

  « Vous avez merveilleusement géré les finances communales avec des ressources restreintes… A la place du misérable village que j’ai connu en 1900 lorsque je suis arrivé parmi vous, s’élève aujourd’hui une coquette ville pleine de prospérité pleine de beauté pleine de fleurs! Mon cher Maire vous avez géré en grand financier le budget de notre commune!…»

Cette cérémonie eut lieu sur la grande place publique devant la population européenne et indigène de la région qui avait tenu à lui manifester sa sympathie.  Que vous dire de plus au sujet de ce maire!  Biensûr! vous parler de la fête qui se déroula le 27 septembre 1929. C’ est pendant la mandature de Joseph MILHE POUTINGON que le style de nos fameuses fêtes , celles qui firent, elles aussi, la renommée de notre village, prit forme.Germaine ADAM m’avait raconté que son père Vincent CARDONA, conseiller municipal fut chargé d’organiser cette fête des Vendanges, la première du genre: décoration de la place publique et du monument aux morts. Pour la première fois la fête avait un thème: MOULIN ROUGE. Un orchestre animait les soirées, et les forains vinrent s’installer autour de la place, entre les palmiers que l’on venait de planter. La fête, cette année là, se termina comme les précedentes, par une FANTASIA.Et, depuis 1924, RIO SALADO fut fidèle à ce style de fêtes. M. le Maire fut aidé dans la gestion de la commune par des conseillers municipaux :

Manuel ANDREU, Constant PORTE, Albert MACIA, Jules JACOBIN, Antoine ROSELLO, Jean LOZANO, François ARACIL, Jean LOPEZ, Jacques SANCHEZ, Joachim POVEDA, Raymond FUENTES, Joseph PEREZ, Espi CANDELA, Manuel DIAZ, Louis ESTEVE, Eugene LAMBERT, François MONTERO…

Et sûrement quelques autres dont je n’ai pas retrouvé les noms.

Et Mon Dieu! J’allais oublier « l’inoubliable » :   René MARCIANO, tout jeune Secrétaire Général de notre mairie.

 Bon! Laissons M MARCIANO et retournons à nos édiles. Écoutons la fin du discours de M. le Maire:

«Certes cette œuvre est magnifique, elle est grande elle a fait l’admiration de tous ceux qui ont visité notre pays au cours du Centenaire . Mais en vérité, en sommes-nous, nous les hommes de ma génération, les principaux artisans? Non. Le travail fait, l’œuvre accomplie dans ces régions jadis couvertes de forêts impénétrables, de marais pestilentiels, peuplés de bandits redoutables, et de fauves dangereux, pourries de fièvres meurtrières, cette œuvre, nous la devons aux premiers colons(….) et il faut le dire à ces magnifiques travailleurs espagnols qui ont arraché le palmier et les broussailles.»……

Et le temps continua de s’écouler calme et serin.

Arrive septembre 1939. RIO SALADO se trouva alors plongé dans la guerre: la mobilisation,   l’angoisse, la résignation, la tristesse, les départs précipités, les pleurs. Les jeunes hommes du village  qui un époux, un père, un frère, un oncle, un cousin, un voisin embarquaient pour la Mère Patrie, où la guerre faisait rage. Les nouvelles étaient  rares. Un tel blessé, l’autre prisonnier, le troisième Morts sur le Champ d’ Honneur. RIO  SALADO est en deuil!

Et nous voilà en juin 1940: l’Armistice.

Le déroulement de cette période dépasse mes compétences, je dois vous dire que de nombreux amis sont venus me prêter main forte. Mais pour plus de précisions « historiques », j’ai consulté Internet. Je vous résume la situation de l’époque:

Le Maréchal PÉTAIN est appelé à gouverner la France Occupée:

«Au lendemain de l’Armistice, du 22 Juin 1940, la FRANCE d’OUTRE-MER restait sous la souveraineté du nouveau Gouvernement de VICHY. Les équipes municipales furent alors renouvelées, remplacées par des administrations nommées d’office par les représentants du Régime de VICHY.»

 C’est ainsi, qu’après déductions des uns et des autres, aucun témoin de cette période n’ayant pu être consulté, nous pensons que Joseph MILHE POUTINGON dut quitter sa fonction de maire.

Joseph MILHE POUTINGON resta durant40 ans(1900-1940) maire de RIO SALADO. Il naquit en 1868 et nous quitta en 1949!

EN DESCENDANT le BOULEVARD : 8ème balade. Notre mairie.

Tient! De nouvelles recrues sont venues se joindre à nous! Soyez les bienvenues. Nous n’allons pas tarder à partir. Nous sommes à l’angle de la rue Agnel BERNARD et de la rue maréchal JOFFRE, devant la maison de la grand-mère MARZULO. On m’a soufflé, non! Soyons honnête, François et Luce m’ont suggéré  qu’il serait judicieux, puisque nous sommes face à la mairie d’y aller  faire un tour. Très bonne idée! Alors, vous qui me suivez dans ces voyages dans le temps, accrochez-vous! Pour cette 8ème balade, nous allons, l’espace d’un instant, nous plonger dans la vie administrative  de   notre village, et « réveiller  » ceux qui ont fait l’histoire de RIO SALADO.

                    Traversons la rue: nous commençons notre remontée dans  le temps. Là-bas la mairie. Elle fut construite en 1904, nous apprend Robert TINTHOIN (Dr. es-Lettres, ex-directeur des archives d’ORAN). Autrefois, deux salles du groupe scolaire, situées  entre la classe de filles et celle des garçons, tenaient lieu de mairie. En fait, comme  me le rappelle Jean Claude CARREGA, la mairie de RIO fut, jusqu’à la moitié de l’année 1884 une annexe de celle d’Aïn Témouchent. Tout comme la mairie de TURGOT fut une annexe de celle de RIO jusqu’en 1920, mes amis! Cette mise au point étant nécessaire, commençons notre  promenade. Admirez au passage, notre belle église. Une cigogne perchée sur la croix, tout en haut du clocher,  nous regarde tranquillement déambuler. Et nous voilà devant la mairie. Jetez un  œil aux grilles de défense des fenêtres! Au centre, deux lettres sont entrelacées: R et S (Rio Salado). Attendez! N’entrons pas tout de suite. Arrêtons-nous un instant. En face de vous: la place publique, le square Joseph MILHE POUTINGON, maire de Rio de 1900 à 1940, ainsi baptisé le 10 mai 1931, lors de sa promotion au grade d’officier de la légion d’honneur. Écoutons la fin de son discours:

«…C’est sur cette place, dans ce décor merveilleux, à côté du monument sur lequel sont inscrits en lettres d’or , le noms des Enfants de RIO SALADO, Morts pour la Patrie, que vous avez voulu me couvrir de louanges et de fleurs…». Ce maire  était admirable et notre place vraiment belle!

Mais elle ne  fut pas toujours un « décor merveilleux ». Avez-vous idée du nombre de réunions, de menaces, de procès verbaux qu’il fallut pour en arriver là! Le 28 mai 1909,  on pouvait lire sur L’ÉCHO d’ORAN :

«Malgré l’arrêté du Maire  pris il y a un mois, et de nombreux avertissements donnés à la population pour faire disparaître les cochons de notre centre, quelques personnes s’obstinent à en garder dans les immeubles. Deux procès verbaux ont été dressés hier».

Plus loin,  le 19 juin 1909 on pouvait encore lire:

«Notre grande place publique est toujours en grand état de malpropreté, parsemée de cailloux, et de détritus de toutes sortes, elles n’est jamais nettoyée. Nos plantations sont également abandonnées, personne ne s’en occupe malgré les sacrifices considérables consentis pour leur entretien».

Vous imaginez l’effort déployé par le maire de l’époque, M. Joseph MILHE POUTINGON, pour que vous puissiez admirer ce « merveilleux décor! ». Cette place fut créée  en 1907. Yvon LOZANO, alors que nous évoquions avec émotion pour la énième fois nos souvenirs, me racontait que son père Jean LOZANO  conseiller municipal,  fut chargé de superviser les  travaux de rénovation et d’ embellissement de ladite place.  Que d’acharnement et de persévérance!  Mais quelle réussite! N’est-ce pas? Laissons ce point vital de notre village et montons les 2 marches qui mènent à la porte d’entrée de la mairie. A gauche de celle-ci, une plaque en marbre blanc nous rappelle l’origine du nom.

 « RIO SALADO: OUED MELAH des ARABES,  FLUMEN SALSUM des ROMAINS (Rivière Salée) 

Et  encore, que RIO fut créé Centre de colonisation le 16 février 1859 et érigé en commune de plein exercice le 20 mars 1884.

Dans les dernière lignes, on pouvait lire qu’à l’origine du Centre, la population était  de 50 feux composés d’européens et d’indigènes et que  sa superficie était de 3000hectares». Au-dessus  de cette plaque en marbre, le blason de RIO SALADO. Il a été celé au mur en 1956. Non! Non! Pas d’erreur! C’est bien 1956! Rapprochez-vous et écoutez comment notre village,  petit  bled de l’ORANIE,  a eu ce beau blason. Vous pouvez vous torturer les méninges, nous étions pratiquement le seul village d’Algérie  à avoir des armoiries. Comme les  grandes villes de la métropole ! Nous devons ce beau blason au maire de l’époque: Gontrand MILHE-POUTINGON, fils de Joseph MILHE POUTINGON. M. René MARCIANO, alors secrétaire de mairie, nous relate les faits (bulletin paroissial de l’abbé PLENIER, d’octobre 1957): 

2- « Au cours de la séance du 21 décembre 1956, Mr. Le Maire a fait connaître à l’assemblée (…) qu’étant en vacances en Métropole, il a été invité par Monsieur FOUQUES-DUPARC maire de la ville d’Oran, à se rendre à Orly, afin d’y recevoir Messieurs les Gouverneurs Généraux d’ ALGERIE…..  les maires de France et d’Algérie se sont rendus à COLMAR en vue d’assister, à la préfecture de cette ville, au jumelage de diverses communes du département du HAUT-RHIN. A cette  occasion Mr. THROO, maire de GUEBWILLER lui a été présenté et a bien voulu accepter le jumelage de sa commune avec celle de RIO SALADO.

Sur l’invitation  de Mr. THROO, maire et Mr. Roger NININ, sous-préfet, se sont rendus à GUEBWILLER où une séance du Conseil Municipal a eu lieu en vue de dresser l’acte de parrainage (….) Après la signature de l’acte, le discours a été prononcé par Monsieur le Maire de GUEBWILLER .»

Le discours termine sur ces mots: « Mais il sied aussi à tout parrain d’offrir un cadeau à son filleul. Je vous prie d’accepter en souvenir de cette journée ce tableau représentant les armoiries de notre cité.»

 D’où l’idée de notre blason! et Mr. MARCIANO, continuant son compte rendu, ajoute:

«….Mr. le maire fait remarquer à l’assemblée qu’il a fait établir par M. le Directeur des Beaux-arts d’ORAN diverses maquettes pour le choix des armoiries de la ville de RIO SALADO.

Après examen, la maquette retenue est celle représentant l’origine de la cité avec ce libellé du décorateur:

«  d’argent à la barre de sinople maçonnée et bretessée, chargée d’une rivière d’or, accompagnée de deux fleurs de salicaire au naturel.»

Ne me demandez pas d’explications. Voyez notre Président : il s’ y connaît mieux que personne! M. MARCIANO, continuez s’ il vous plaît! On vous écoute!

« Sur la demande de M. le Maire,  l’assemblée charge M. BOUR Henri, conseiller municipal, de consulter  M. le Directeur des Beaux-arts d’ORAN pour faire compléter la maquette choisie, qui est à l’image de la ville de Rio Salado…..»

C’est donc ce blason, que l’on peut admirer à gauche de l’entrée de la mairie, et où l’on peut  lire la devise de notre village:

« d’Obstacle n’ a cure, fleurira quand même.»

Après ce rappel, nous pouvons entrer et « réveiller » tous nos édiles. Montons jusqu’à la salle des mariages. Installez-vous! Ils sont là, dans leur cadre, accrochés au mur. Ils attendent de vous être présentés. 

La Saint-Pierre 2019 à Sète.



Sortant du port de SETE, les chalutiers, avec à bord les touristes et tout ceux désirant participer à la cérémonie en mer, escortés par toutes les embarcations pouvant tenir sur l’eau, se rendent , derrière la jetée afin d’honorer les pêcheurs partis en mer et jamais revenus.


Les embarcations grandes et petites se lancent vers la sortie du port dans un grand remous d’écume.

Sortant du port une petite embarcation, avec à son bord, un couple protégé du soleil par un parasol bleu se lance vaillamment dans le remous des thoniers, des chalutiers et des plaisanciers vers le lieu de la cérémonie en hommage aux marins disparus en mer.

Remous néfaste au petit hors bord: les vagues s’invitèrent a l’arrière de la coque. Ecoper devint inutile. Heureusement, le bateau de la SNSM n’était pas loin. Intervenant rapidement, nos deux téméraires furent hissés a bord. Le petit bateau le nez en l’air, regagna le port tracté par I’Ange Gardien des Mers.

Et puis, le moment du recueillement, la gerbe jetée dans les vagues, l’Ave Maria, la Marseillaise, et pour clore la cérémonie, le concert de cornes de brune de tous les bateaux venus rendre hommage aux marins disparus en mer.

La maquette de l’église de RIO SALADO réalisée par François LAROZA.

                 

Préambule :

Histoire de la maquette de l’église de Rio, réalisée par F. LAROZA.

                  Ou comment cette maquette est sortie de l’ombre.

Le bureau de l’Amicale du Rio Salado était en réunion. Nous devions préparer notre rassemblement de Pentecôte. Auparavant, nous devions rendre compte de notre entrevue avec le Président du Centre de Documentation Historique sur l’Algérie (CDHA) au sujet d’une éventuelle maquette représentant un endroit de notre village cher aux Saladéens (la place du village, haut lieu de tous les faits marquants de notre communauté) qui serait placée dans la salle d’exposition du CDHA. La réalisation s’avérant hors de prix, nous pensions abandonner le projet lorsque Gérard LAMBERT nous parla de la maquette de l’église de Rio réalisée par François LAROZA. L’idée nous enchanta. Il nous suffisait d’aller exposer le projet à M. PEREZ, président du C.DHA. Comme le lundi, nous devions, Jacques et moi, nous rendre, sur son invitation, à la faculté de médecine de Montpellier, assister à l’inauguration d’une exposition sur les Médecins de la colonisation de 1830 à 1962 en Algérie , nous en avons profité pour lui parler de la maquette. L’affaire étant en bonne voie. Danielle LONG- RODRIGUEZ, présente au CDHA en tant que bénévole, prit la relève, fixant les rendez-vous entre  M. PEREZ et notre président E.REYNE.

Grâce à la bonne volonté de Gérard et Monique LAMBERT, qui allèrent  chercher la maquette dans le  Lot, nous avons pu l’admirer lors de notre rassemblement de Pentecôte.

L’interview de François LAROZA :

J’ai voulu en apprendre davantage, afin de vous faire connaître cette œuvre d’art. Le mot n’est par fort, loin de là. J’ai donc pris contact avec François.

Alors nous t’écoutons François. Raconte-nous comment l’idée t’est venue de faire une telle maquette:

«Je vais essayer de faire au mieux pour vous donner une idée du parcours de la maquette de l’église de Rio. Alors? Par où commencer? (un temps de réflexion et François reprend). Au printemps 1958, j’avais 16ans, j’ai construit, pour occuper mes après-midis, une petite pagode népalaise en utilisant uniquement des allumettes. Le résultat fut, on va dire, sympathique. C’est là que l’idée de réaliser une maquette -une grande cette fois- a commencé à germer dans mon esprit. Rapidement, j’ai pensé à l’église du village. Je l’ai toujours trouvée belle. Je l’ai toujours admirée. Comme j’en parlais à une de nos voisines qui observait ma petite pagode, elle me répondit d’un air moqueur: «J’aimerai bien voir ça!». Je n’hésitai pas à prendre ma décision. Aussitôt,  je me mis au travail. Très vite, j’ai compris que je me devais de respecter les règles élémentaires de solidité de la maquette: les proportions, l’échelle etc., etc. Du coup, je me suis rendu compte que le support prévu était beaucoup trop petit. En effet, chaque détail devait occuper l’espace qui devait être le sien dans l’ensemble réalisé pour que la structure reste cohérente. Avec quelques astuces et je pense, un peu de réflexion, j’ai toujours trouvé des solutions et c’est ainsi que mon affaire démarra.

Mon premier but fut de commencer à dessiner sur un carnet les détails du « bâtiment » point par point. Tout y passait: portes, fenêtres, rosaces, clocher, toitures ….Cela m’a pris beaucoup de temps, j’allais m’asseoir sur le seuil de chez M. DUCHEMIN, avec crayons et cahier. Je prenais les mesures, un œil fermé, bras tendu  me servant de mon pouce,  comme je l’avais appris en classe de dessin, notant tout dans les moindres détails. Ça en valait  la peine, car je ne savais pas à ce moment là que je ne terminerai pas ma maquette en Algérie, mais en France.

Cette construction me prit beaucoup de temps (de 1958 à 1963). Il  fallut faire appel à ma famille, mes voisins, mes amis pour amasser les allumettes indispensables à la réalisation de  la maquette. Et, en possession des « matériaux » et des « plans » que je m’étais fabriqués, je commençai les « travaux ». Sur le périmètre que j’avais tracé, les murs ont commencé à s’élever et les détails ont trouvé peu à peu leur place. Pour les parties les plus délicates  à installer, comme les toits, par exemple, j’ai dû  improviser et poser une charpente faite de planchettes. Elles servaient de support aux allumettes qui en l’occurrence firent office de tuiles. Dans ce cas particulier, les allumettes étaient collées sur l’arête et non à plat, contrairement aux autres parties de la construction.

Un autre point délicat fut la rosace à cause de ses formes rondes. En effet, si on essayait d’arrondir une allumette, elle cassait. La solution en fait, était simple: il suffisait de les mettre à tremper pendant quelques heures, et elles s’assouplissaient. On pouvait alors les « forcer » et leur donner la courbe nécessaire sans les casser.

Bien sûr, tout ne fut pas simple. La maquette inachevée quitta Rio Salado dans un conteneur. Elle arriva plus que dégradée : DÉMOLIE! Il ma fallu quasiment reconstituer mon église! Heureusement, j’avais mes croquis pour m’aider!

Au départ d’Algérie, je n’avais pas encore réalisé la partie supérieure du clocher, comme vous le montre la photo prise en France. Mes petits dessins, et une carte postale de l’église sont venus à mon secours. En 1963, dans mon village d’adoption, j’ai pu terminer -enfin!- la maquette de notre belle église (la vraie bien sûr), Mon pari était gagné : j’avais réalisé mon rêve.»

J’ai demandé à François de nous donner quelques renseignements supplémentaires concernant cette magnifique œuvre d’art. Puis, je  l’ai remercié au nom de tous les Saladéens  pour cette réalisation vraiment très réussie de notre belle église SAINT MICHEL.

Sur le plan technique voici  quelques détails:

*  Épaisseur des murs: 3 allumettes minimum.

*  Épaisseur au niveau du clocher: entre 4 et 7 allumettes.

*  Vitraux: papier hygiénique teinté à la peinture à l’eau

*  Découpe: des dizaines de lames de rasoir.

*  Colles utilisées:

  – gomme arabique en morceaux de chez M TISSINIER,

  – tubes de colle Scotch de chez M. SANCHEZ,

  – colle à bois blanche M. Bricolage,

* Nombres d’heures passées: 3000 heures environ.

* Nombre d’allumettes: 55000 environ.

Un grand merci à mes fournisseurs d’allumettes usagées.

*La maquette a été exposée 5 fois:

       – 4 fois à SAINT CÉRÉ dans le Lot  dont une fois à la MAISON des CONSULS, lieu officiel d’Expo.

       – 1 fois à MORANGIS dans l’Essonne (ville qui à offert la vitrine d’Expo)

Et François s’en est retourné dans son village où il exerce outre la fonction de maire adjoint, et celle, à la grande joie des habitants, de directeur dans  différentes activités. 

La maquette, elle, a changé d’horizon. Gérard LAMBERT et André BLASCO sont allés la chercher chez François, afin de la déposer au CENTRE de DOCUMENTATION HISTORIQUE sur L’ALGÉRIE (C.D.H.A) d’Aix en Provence. Ernest REYNE,  président de l’AMICALE du RIO SALADO  les y attendait. Danielle LONG prit les photos. Replacer la protection en verre fut un problème vite résolu. Et la magnifique maquette de François, un petit morceau de notre village, est maintenant au C.D.H.A où elle y séjournera pendant longtemps, exposée aux regards des visiteurs.



Le lien ci-dessous vous transportera au CDHA qui a réceptionné la maquette.

http://www.cdha.fr/leglise-saint-michel-de-rio-salado-au-cdha

Pentecôte 2019 : notre rassemblement.

Nous étions, ce 9 juin, réunis à Poussan dans la belle salle « Odéon ». Une salle plus petite que celles de nos rassemblements historiques, mais largement suffisante pour rassembler nos adhérents désormais et inéluctablement en nombres de plus en plus réduits. Ils étaient pourtant plus nombreux que dans nos prévisions les plus optimistes. Il faut dire aussi que nos amis d’Er Rahel, étaient accompagnés de quelques jeunes particulièrement joyeux et entraînants.

            La salle « Odéon », située en bordure de l’étang de Thau, présentait toutes les commodités. Le parking spacieux et fermé posséde des espaces de promenade très agréables par cette belle journée printanière. A l’intérieur et autour de la grande salle de restaurant de nombreuses salles annexes facilitant notre organisation et l’accueil des participants, assuré par Danielle Rodriguez-Long.  Le bar, équipé de larges frigos et tenu par l’amicale autour de Richard Andréo et Etienne Rosello, n’a pas désempli jusqu’à l’heure du repas. Les convives, installés par l’incontournable Jadette Salva autour de tables rondes de huit à douze personnes, ont apprécié l’excellent repas servi par le traiteur et ponctué, jusqu’en fin d’après-midi, d’intermèdes musicaux et dansants animés par un sympathique D.J.     

            Le rassemblement s’est achevé sur une satisfaction unanimement exprimée par les participants qui ont pu consulter l’exposition de Jadette (encore elle !) centrée sur l’actualité du cimetière de Rio Salado. Ils ont également eu la surprise de pouvoir admirer la splendide maquette de l’église du village, réalisée par François Laroza, exclusivement à partit d’allumettes collées. Pour cette réalisation, François a consacré 3000 heures de travail dont la plus grande part à RIO même, avant le grand départ. Elle  sera désormais exposée dans les locaux du CDHA (Centre de Documentation Historique de l’Algérie) d’ Aix en Provence,

 Pas la moindre critique n’a été relevée de la part des participants heureux de se retrouver après un temps d’errance et souhaitant le renouvellement de ce nouveau type de rencontre.

Nouveau départ ?

Vidéo : vue panoramique de la salle par Jayme SALVA.

Dernières photos et vidéos de Jean-Pierre MUNOZ.

Vidéos JP Munoz : l’entrée à l’Odéon.

Les plans de tables (merci Jadette).

Le rendez-vous au bar…

Avant le repas :

Extrait du discours du président.

Extrait du discours de Jean-Marc GELY (CDHA)

Le bal (extrait 1).

Le bal (extrait 2)

Conseil d’administration du bureau de notre amicale. (mai 2019)

Etaient présents : Danielle et Yves ANDREO  –   André BLASCO –  Denise et René CARDONA – Michelle CHORRO – Dolorès et Antoine  CLEMENT –  Renée PASTOR/CURTI – Blondine et Georges DESCAT – Marie-Claire ESCUDERO – Suzanne et Raphaël GRAS –  Monique et Gérard LAMBERT ––- Chantal et Jean-Louis LOZANO – Marie-Paule MIRALLES – René MIRALLES -–   Nicole et Ernest REYNE  –  Carmen RIPOLL – Jadette et Jacques SALVA.

 

Etaient excusés : Richard ANDREO – Henriette et Daniel ARACI – Simone et Rémi BELTRAN  – Rosette et André BERMUDES – Denise et Hilaire CLEMENT – Marie-, Christine et François ESCUDERO  –  Josette LOPEZ – Nicole et Albert LOPEZ – Anne-Marie MARTOS – André MARZULLO – Christine  er Joseph PLAZA – Salustiana et Francis QUILES – Françoise et René REQUENA – Danielle RODRIGUEZ/LONG – Armand ROSELLO – Etienne ROSELLO – Jacquelin

Cette réunion avait pour objet principal de préciser les derniers aspects de l’organisation du rassemblement du 9 juin  prochain à Poussan.

En préalable, 2 informations :

  • Notre ami Jean-Jacques LION, président du CSCO a été, très récemment, victime d’un AVC. Il est actuellement hospitalisé, mais les nouvelles concernant son état sont toutefois  rassurantes. Il a néanmoins dû reporter son voyage en Algérie et au cimetière de Rio Salado.
  • Mme Lydie BOZON- GONZALES, présidente de l’association  des anciens de Beni Saf, en relation avec le CSCO, a pris contact avec nous pour solliciter quelques conseils.

ORDRE DU JOUR :

  • Inscriptions : Plus de 130 personnes sont à ce jour inscrites (et participation payée) pour la journée du 9 juin. Pour les reconnaître, ils arboreront un pin’s de Rio dont nous détenons encore un joli stock.
  • Apéritif : L’organisation de l’apéritif est à la charge de l’amicale qui offre la kémia et servira anisette et autres boissons au prix de 2 € le ticket. Quelques boissons (bières, jus de fruits…) seront réservées, au frais,  pour l’après-midi.
  • Après-midi dansant jusqu’à 21 heures tout au plus.
  • Le repas étant préparé et servi par le traiteur (dessert compris), nous ne pourrons offrir ni mouna traditionnelle ni alcool. Par ailleurs, le conseil n’a pas souhaité organiser une tombola.
  • Ernest REYNE, président.

EN DESCENDANT le BOULEVARD : 7ème balade.

          Et nous voilà, sirotant un café, grignotant un longuet au comptoir du BAR MACIA, prêts à nous lancer, pour la septième fois, à la découverte d’une rue de notre village. Nous allons essayer de remuer les cendres  de notre jeunesse passée la-bas. Alors? Vous me suivez?

Tout d’abord, je tiens à faire amende honorable: La famille JUAN compte quatre garçons: Emile, Christian, Jean-Paul et le dernier Yves que j’avais oublié. Heureusement, parmi nos « promeneurs », Marie Claire et Gérard m’ont rappelée à l’ordre. Que voulez-vous, ma mémoire a besoin d’un coup de main de temps en temps.

Donc, si vous le voulez bien,  continuons  notre promenade. Le Bar MACIA, disais-je, est tenu par Mme Juan et la grand-mère MACIA qui, infatigablement  va du bar à la boulangerie, de la boulangerie au bar, au service des clients. Une porte mitoyenne permet le passage de l’un à l’autre. M. JUAN est au fournil, qui n’est pas  dans l’arrière-boutique, comme vous le pensez, mais rue Marcelin ALBERT. Gérard me l’a dit, Émile me l’a confirmé. Bien sûr, rue Marcelin ALBERT ne vous « parle » absolument pas. A moi non plus d’ailleurs. Pourtant, si je vous annonce: le four est dans la rue qui est derrière l’école de garçons et qui conduit au stade de basket, là,  vous la localisez mieux, n’est-ce pas? C’est normal, nous ne connaissions pas le nom des rues de notre village. Sortons du bar. Attention! Il y a trois marches à descendre. Tient! Voilà M. JUAN qui revient du fournil avec la deuxième fournée de la journée, il va décharger sa charrette et  la remiser dans la cour de la boulangerie où se trouvent plusieurs appartements.. L’un, occupé par  la famille MACIA-JUAN, propriétaire des lieux, les autres par les MILLAN et leurs fils Cilo et René. Puis par Lucienne ESCUDERO la tante de Marie Claire, les CARICONDA, les  BOBOTE, et une dernière famille, dont le nom m’échappe (leur fille Aïcha et leur garçon employé  communal). Refermons le grand portail. C’est bientôt l’heure de la rentrée. Les garçons, dont l’école  toute proche n’a qu’un  étroit trottoir, préfèrent attendre l’ouverture des portes, ici, sur ce trottoir plus large où ils peuvent jouer tout à leur aise. Allez! Nous partons? Méfiez-vous! N’allez pas marcher sur les « pignols » qui jonchent le sol.  Les pignols? Des noyaux d’abricots! Pourquoi pignol? Bonne question! Peut-être  une « importation » lointaine de nos grands-parents espagnols. Je n’en sais pas plus!  D’ailleurs, impossible de trouver « pignol » dans les dictionnaires castillan ou valencien. Considérons donc, que ce mot fait parti de notre parler « Pied-Noir » comme pas mal d’autres. Bien sûr, j’accepte avec plaisir toutes autres explications. En attendant, faites attention où vous mettez les pieds : la partie est bien avancée à ce que je vois! Gérard, Tétou, Robert, Jean-Paul, et quelques autres camarades de classe, disputent très sérieusement ce jeu d’ adresse: renverser le « montonico » formé par trois « pignols ». Ce qui permettra au plus habile d’entre eux de récuperer tous les noyaux. Gérard excelle dans ce jeu,  c’est lui qui rafle rapidement tous les pignols. Il les enferme , dans le petit sac que grand-mère GALLARDO lui a donné. Un petit sac qui vante une marque de riz ou de pâtes, je ne sais plus. Il est organisé notre Gérard , qu’est ce que vous croyez! Les autres, tête-basse, serrent dans leur poche les quelques noyaux restants qu’ils agitent nerveusement. Jean Paul transformera son dernier pignol en sifflet en le frottant sur un muret cimenté afin de l’user des deux côtés. L’amande centrale éliminée, il pourra siffler  à tue-tête et casser les oreilles de sa famille. François est ravi: il a empoché la « madré » et une belle quantité de pignols. Ces coquins ont installé leur jeu devant la mercerie de Mme ORSERO.

Essayons d’ avancer! A coté de la mercerie, la charcuterie de TITO, D’Auguste ASCENCIO plus exactement. Vous vous souvenez sans doute de son fils, ROBERT défilant sur le boulevard? Il en a fait tourner des têtes cet athlète  lors des kermesses sportives organisées par M. CERNA!  Ne rêvez pas! Retournons à la charcuterie! J’ai eu l’autre jour, une conversation téléphonique avec Flavien SEMPÉRÉ, le petit fils de M. SEMPERÉ le bourrelier, qui garde un affectueux souvenir de TITO. Rapprochez-vous, l’anecdote est touchante! Voyant la détresse de Flavien et de sa petite sœur qui venaient de perdre leur chien, TITO leur offrit pour les consoler deux petits porcelets à élever au biberon, qu’ils baptisèrent TIENT-TIENT  et VIENT-VIENT. Le premier circulait dans la rue comme n’importe quel chien, il dut être abattu lors de l’épidémie de rage. Quand  au second, il   grandissait et grossissait comme n’importe quel goret. Et dans cette période où la disette due à la guerre se faisant sentir dans le village, ce fut un drame! TITO, lui-même, vint le transformer en boudin,  pâté et saucissons. Malgré son grand désespoir, ses pleurs et ses regrets, Flavien ne put résister aux bonnes odeurs d’une côtelette grillée qu’il dévora la larme à l’œil. Ne le jugez pas sévèrement.  Vous n’avez pas connu la guerre ni la faim! Triste histoire, je vous l’accorde. Avant de continuons notre balade, regardons les élèves jouer sur le trottoir, attendant l’heure de rentrer en classe.

Passons à côté, la porte est ouverte. Attention! La cloche n’a pas encore sonné , les élèves peu pressés de se rapprocher de l’école, jouent avec une toupie, pas la métallique très colorée que l’on fait actionner en appuyant sur un genre de vis sans fin. Non M’sieurs-Dames! La toupie que vous voyez tournoyer sur le trottoir est en bois. Ce n’est pas n’importe quelle toupie! Il y a tout un travail personnel de préparation à faire avant de jouer: lui scier la pointe qui est soi-disant trop longue, lui raboter la tête pour l’alléger , et trouver la cordelette qu’il faut enrouler autour de la pointe sans  faire chevaucher les rangs. Regardez l’artiste! D’un judicieux coup de poignet, il envoie la toupie sur le sol. La cordelette se déroule. Il en garde une extrémité au bout de ses doigts. Elle atterrit sur le sol cimenté et entame une valse endiablée. Un artiste, je vous dis! Mais vous n’avez pas tout vu! Le plus expérimenté des garçons lance la sienne d’un coup très précis contre celle qui tournoie devant lui, la déséquilibrant, il l’envoie  valdinguer, (comme dit mon petit fils) dans la rigole, le caniveau si vous préférez. Tandis que la « toupie-vainqueur » continue son show sous les regards admiratifs des petits. Tout un art!. Je vou’ le dis!..

La cloche de l’école sonne, et tout ce petit monde ramasse en vitesse  pignols. toupies, cartes et osselets qu’ils enfouissent dans la poche de leur « pantalon court ». Notre ami Gérard se rue vers l’école balançant son petit sac lourdement chargé, heurtant un bras, une jambe, comme par mégarde…dirons-nous. Sa victoire l’a un peu excité. M. CONTRERAS, son instituteur, aura fort à faire avec ce garçon! Ne vous inquiétez pas, le maître a une méthode  radicale pour faire tenir en place le loustic!

Ouf! Le calme est revenu. Nous pouvons entrer dans le magasin de Mme DURA. Une mine, cette boutique! Figurez-vous que l’on trouve sur les étagères, en plus des marchandises habituelles, des réglisses, des sucres d’orge, du Zan, des cachous  La JAUNIE, des boites de coco et même… des pierres enduites de phosphore qui éclatent lorsqu’on les jette parterre, d’après les dires de Jean-Claude.  Attendez! Il me semble que je me trompe. Jean-Claude m’avait dit où dénichait ces « pierres à feu »,…..Ah! Oui! Dans la droguerie de M. TOUATI, de l’autre côté de la place. Tant pis! de toutes façons, ces pierres servaient à effrayer les filles qui , au bruit, s’éparpillaient  comme une compagnie d’étourneaux. La boutique suivante est celle de Joseph BENICHOU, le cordonnier, dont l’échoppe s’ouvre sur une porte digne d’ une entrée de chapelle: porte immense en fer forgé, et toute vitrée. Joseph est le copain de pas mal de jeunes qui viennent le voir travailler.

Nous voilà arrivés  chez M. et Mme DUCHEMIN. Ils sont logés dans les locaux que M. Albin ARNOUX  a mis à leur disposition. Vous avez une minute? J’ai le temps de vous parler de ce couple? M. et Mme DUCHEMIN sont arrivés  à Rio Salado en 1941, venant de NANTES, traînant dans leur  sillage une quinzaine d’enfants. Mme DUCHEMIN et M. DUCHEMIN, violoniste sur un bateau de croisière, et ayant perdu son travail, furent sollicités par le CENTRE GUYNEMER pour accompagner et s’occuper des enfants de NANTES , loin des bombardements et des tracas de la guerre, dans des villages d’ Algérie, Rio Salado en l’occurrence. Les Centres GUYNEMER furent crée par la vicomtesse DE VILLIERS de la NOUE , sœur d’un as de l’aviation, mort pendant la grande guerre, en décembre 1917 à 22ans!. Ces centres étaient sous le patronage de plusieurs associations dont la Croix Rouge française. Mais revenons à Rio. Ces enfants âgés de 7 à 14 ans, restèrent dans notre village jusqu’en 1945. Ils ne fréquentaient pas l’école communale, vivaient en vase clos. Je me souviens  d’être allée avec ma mère  rendre visite à Mme DUCHEMIN. Je revois cette très longue table dans l’arrière pièce un peu sombre, et tous ces garçons sagement assis, M. DUCHEMIN en bout de table. Le dimanche, afin d’apporter un peu de fantaisie dans leur vie d’exilés, ils étaient invités dans des familles.  Mathilde DAVOS et Yvette DETORRES ont, durant toutes ces années, invité trois ou quatre garçons -jamais les mêmes- à passer le dimanche en famille. Yvette a reçu des nouvelles par la suite. Nous ne savions pas grand-chose. Nous les entendions quelquefois en passant devant le rideau métallique qui fermait le local où ils vivaient. Les élèves, assis sur la marche, devant la porte, imaginaient les pires scénarios. La guerre finie, les enfants regagnèrent NANTES. M. DUCHEMIN devint notre photographe. Le temps presse, je vous raconterai plus tard, comment de violoniste puis éducateur, il devint photographe, désirant rester à RIO. Continuons notre excursion. Traversons la rue Pierre POUYOU et dirigeons-nous vers  notre première école de filles. La porte est ouverte. Quelques élèves s’attardent  devant l’entrée, terminant leurs jeux, Regardez! Là, elles jouent à « chandelle » en fredonnant: «Le facteur n’est pas passé, il ne passera jamais…» » Plus loin, elles font une ronde: « Napoléon est mort à Saint Hélène, 1,2,3, nous allons le délivrer,…». Ici elles jouent à la corde: deux fillettes balancent la corde de gauche à droite en chantant « A la salade ,mon père malade. Il est guéri au pied du lit, lundi….». A tour de rôle, les autres participantes entrent dans le jeu en sautant par-dessus la corde. Les balancements des bras des deux fillettes, deviennent alors des cercles qui s’accélèrent de plus en plus. Le jeu devient alors « vinaigrette », Les sauts sont courts et très rapides, les joueuses tiennent la cadence. Quelle prouesse! J’en suis toute essoufflée!…….. Contre le mur de la maison de Raymonde, Thérèse et Lucette MACIA, une petite fille crie : «1,2,3 soleil» et se retourne  pour  prendre à défaut les filles pas assez rapides qui avancent encore. Les plus grandes terminent une partie de ballon: elles jouent « à fumée » ou peut-être  » au ballon prisonnier ». Les deux jeux se ressemblent  quelque peu.   Il a fallu composer les deux équipes  qui  s’affronteront en essayant de s’élimer à coup de ballon. Nous ne formons pas les équipes de la même façon que les garçons.  La maîtresse de jeu va faire « la pouf! », mot par lequel commence les préliminaires. Ne  cherchez pas à comprendre, ça vient de loin. Les joueuses forment un rond. La « chef » commence par pointer l’index sur la poitrine de la première et chante, en avançant le doigt vers la suivante, et ainsi de suite:  pomme, poire et un abricot, y en a une, y en a une,  pomme poire et un abricot y’en a une de trop c’est Marie-Margot… ». A la fin de la comptine, le doigt de « la chef  » désigne la première coéquipière. Les six premières « sorties » composent une équipe. Ah! Désolée! La cloche sonne à nouveau. Il me semble que les élèves vont rentrer en classe. Dépêchez-vous fillettes où les punitions vont pleuvoir! La voie est libre. Le calme est revenu. Nous allons pouvoir nous rendre enfin à l’ébénisterie de M. SAHEL qui se trouve tout près. Le nom est écrit en toutes lettres sur le fronton de la maison. Nous avons pour guide Micheline BOUAZIZ. Elle nous raconte:«L’ébénisterie de Salomon SAHEL était rue Marcelin ALBERT, (au côté opposé au fournil de M. JUAN). Son principal ouvrier était Gustave DANER (le père de Marie Thé.) Ce M. DANER avait un courage hors du commun. C’était un ouvrier de qualité qui avait perdu trois doigts de la main droite, au cours d’un accident de scie mécanique. Malgré ce handicap, il fabriquait des meubles magnifiques. Ces meubles ont traversé non seulement les années mais aussi la Méditerranée, sans que rien ne viennent altérer leur qualité. En effet, Maurice et Raymonde BOUAZIZ  peuvent en témoigner, dès le début des années 50, mes parents ont demandé à nos chers ébénistes une salle à manger en chêne massif, et une armoire à glace. Ces meubles imposants fabriqués de toutes pièces par Gustave DANER ont maintenant plus de 60ans  et sont toujours intacts. Pas de pattes branlantes ni de portes faussées. Ils sont devenus des compagnons de vie…..Ces meubles ont été un réconfort  rappelant à chaque instant l’existence de ce que fut notre village et ses artisan.» Merci  Micheline! Avec un peu d’imagination, on peut encore entendre le rabot, la scie ou le marteau de M. DANER. Laissons-le au milieu des copeaux de bois et filons sans faire de bruit, vers la sortie. Ma mémoire vagabonde nous ramène sans aucune hâte vers notre point de départ: le bar de Mme MACIA. En passant devant l’école, nous entendons par la fenêtre ouverte,  les élèves de Mme BERTHALON chanter, en canon s’il vous plaît, « Les crapauds ». «La nuit est limpide, l’étang est sans ride, dans le ciel splendide, luit le croissant d’or, chien ni loup…».  Sur le sol, le tracé d’une marelle. Dommage! Nous n’avons pas ce morceau de carrelage, ou mieux de marbre, patiemment poli, les bords bien arrondis, que l’on poussait du pied en avançant à cloche-pied!  Je ne vous entraînerai pas plus loin, la visite a été plus longue que prévue et riche en événements. Tous ces jeux me sont encore familiers les ayant repris avec mes élèves.

          Bon! Revenons sur Terre! Le village a retrouvé son calme. Allez! Nous rentrons! Doucement, je chantonne un air venu de notre  enfance:

                                                   «Saurais-tu danser déri,déri,déra, 

                                               Saurais-tu danser sans jamais te tromper!»

 À notre prochaine rencontre,si vous le voulez bien, nous irons à la mairie, toute proche, dire bonjour à ces maires qui ont « fait » RIO SALADO.

                                                              ******************

Une coïncidence fortuite.

Un jour, avec un collègue, nous dépannions une machine. Il a vite compris que j’étais Pieds Noirs. Il m’a dit qu’il a fait l’Algérie, dans la région d’Oran.     – Tu es passé peut-être à Rio Salado ?                                                                             – Rio Salado !.. Bien sûr. J’ai même été invité par un copain, René POVEDA, à un réveillon…
En effet, je me suis rappelé que René était venu avec un copain militaire à ce réveillon. Certains doivent s’en souvenir.


« Ce 31 décembre 1959. Vous souvenez-vous du couvre-feu qui paralysait le village? Nous les jeunes, avions décidé avec l’aide de Sylviane et René mes cousins, de célébrer, malgré tout, la nouvelle année dans la salle à manger de la vieille maison. Il y a avait là : Eugénie, Norbert, Armande, Louis, Nadia, Blondine, Jocelyne, Michel, Josette, René, Sylviane, Jacques, Jadette, Odile, René, Chantal, Jean-Louis, Titou, Marie-Jo, Paul et d’autres dont les noms m’échappent. Que de souvenirs!!! Dès 8h du soir, jusque vers 6h du matin, plus personne dans les rues. Nous étions une vingtaine de copains enfermés, à enterrer l’année 59. C’était l’année du BIG BISOU, des PLATTERS, de GLORIA LASSO, de DALIDA, de Paul ANKA, de Harry BELAFONTE, de BILL HALEY…..et les cha-cha-cha, les mambos, les calypsos, les slows, les rock se succédaient. Les jupes, en tissus d’ameublement et fort juponnées, tournoyaient de plus belles! OUF!! Ça « crépite » dans ma tête! Un vrai feu d’artifice!!!! »        

Extrait de l’article de Jadette : « En descendant le boulevard : 2ème balade« .


Il est sur la photo, au fond de la salle. Il s’appelle  Étienne DURAND et habite MAUGUIO (34).  C’était quand même une drôle de coïncidence….

André Blasco

EN DESCENDANT le BOULEVARD : 6ème balade.

Bonjour Vous Tous! Prêts pour un nouveau « voyage à contre courant »? Alors, suivez-moi. Nous n’allons pas « faire le boulevard ». Je vous propose, aujourd’hui, pour notre plus grand plaisir je l’espère, un petit détour par la rue Manuel ANDREU.

Laissons le Café REYNE aux joueurs de belote. Quittons le boulevard. Tournons à droite. Nous sommes dans la rue Manuel ANDREU. Voici la fenêtre du bar. La porte d’entrée suivante est celle de l’appartement de la famille CARREGA, parents de Jean Claude et de Françoise. Le grand portail en bois percé d’une petite porte est celui de notre cour commune. Puis, l’atelier de Juanico SOLER, notre cordonnier, à qui nous allons rendre visite. Aïe! Nous allons avoir un petit contre-temps. Les gosses du quartier: André PALOMO, Dany ESTÈVE, Aimé UBEDA, Yves SANCHEZ, Antoine et Armand MONTERO et d’autres gamins dont le nom m’échappe, arrivent un ballon dans les mains. Il faut vous dire que peu de voitures empruntent les rues adjacentes au boulevard. Les villageois circulant le plus souvent à pied, la rue est alors le prolongement de la cour de l’école et les enfants l’occupent sans problème. Mais revenons à nos petits squatters. La rue est pour eux un magnifique terrain. Voyez! Ils vont entamer une partie de foot. Observez les préliminaires employés pour la mise en route du jeu. Vous souvenez-vous du rituel? Les deux capitaines se placent face à face. Un mètre environ les sépare. Attention, c’est sérieux! Pied droit, devant pied gauche. Au signal, le capitaine passe son pied gauche devant le droit en criant « PUNTA ». L’autre capitaine fait de même en annonçant: « SOCA ». Pas d’ intervalle entre la pointe du pied et le talon, s’il vous plaît! On ne triche pas! Et, de « punta à soca », les pieds des deux joueurs se rencontrent. Celui dont la pointe montera sur le pied de l’adversaire aura le droit de choisir le premier joueur. Ah! Je vous donne le sens de ces deux mots: « PUNTA : la pointe bien sûr et « SOCA »: la souche, le pied à plat. Des pierres marquent les buts. Le match peut commencer. Tient! Aujourd’hui, le ballon de foot, qui gît dans la rigole, n’est qu’une grosse boule de chiffons qui ne résistera pas aux coups de pieds des uns et des autres! Le ballon en caoutchouc a dû atterrir dans un jardin ou sur un toit. Il réapparaîtra, c’est sûr. En attendant, nos champions vont se contenter d’une balle de chiffons. Ça risque de créer des tensions entre les deux équipes, et d’entraîner quelques échanges verbaux. Il vaut mieux nous réfugier chez Junico SOLER,le cordonnier de la rue, dont voici l’échoppe. Juanico SOLER est là, au milieu de paires de chaussures à réparer ou déjà réparées. Un amoncellement de souliers qui m’a toujours laissée perplexe: comment retrouver les miens au milieu de ce « tas »? Moi, je renonçais! Mais d’un simple coup d’œil l’expert en ressemelage me l’indiquait d’un doigt sans une parole. C’est qu’il n’est pas bavard notre cordonnier! Il faut que je vous dise que Juanico SOLER n’a qu’une jambe! Aussi le rangement se fait lorsque son travail est fini, et qu’il se tient debout aidé de sa béquille. Laissons l’odeur de colle et de cuir et aventurons-nous dans la rue. La partie de foot a pris fin. Qu’est-ce que je vous avez dit? Le « ballon » est là, éventré, des chiffons partout, qu’ André, l’instigateur du jeu, ramasse en râlant. Les voilà partis Dieu sait où! La rue étant momentanément déserte, regardez ce tracé! Vous avez-là le circuit du Tour de FRANCE imaginé par André et ses copains. Approchez! Voici donc, la case DEPART. Le circuit a été dessiné avec un gros bout de plâtre tombé d’ un quelconque mur, morceau que l’on garde au fond des poches. La craie, c’est pour l’ardoise à l’école, voyons! Vous imaginez la quantité de craie pour un tracé pareil! Je continue. Vous souvenez-vous des règles de ce jeu? Jeu réservé aux garçons, cela va sans dire! Une case-départ, des étapes et des cyclistes représentés par des capsules de bière BAO ou de COCA COLA que l’on faisait avancer d’une pichenette mot déformé allègrement en « pichinette »(encore une fantaisie de notre parler local). En fait, une chiquenaude! En entendant ce mot si peu familier, je suis sûre que notre ami Yves, gardien de nos expressions locales, me dirait d’ un air moqueur: « Anda hija! Marcaté una habichuela! ». Je ferme la parenthèse. Il fallait réussir un tir très précis pour éviter d’ envoyer notre équipier dans le décor. Et d’étape en étape, il nous fallait atteindre la case ARRIVÉE. Ai-je été assez claire? Bon! Je continue. Heu! Et bien… Je ne me souviens plus comment faire pour « doubler » un « cycliste-capsule ». L’éjecter hors circuit? Lui passer par dessus?….. Je ne sais plus! A vous les garçons, prenez la relève!!!!!

Laissons les « cyclistes »en rade sur le bord de la « route » et continuons notre remontée dans le temps. En face de vous, le mur du jardin de la villa de Camille RICO. Nous sommes maintenant devant les trois marches d’ accès à l’appartement de Jeanine, une autre de nos voisines dont la petite fille, une rouquine criblée de taches de rousseur, nous regarde passer. Nous voici arrivés dans la cour d’Alejandro PALOMO, père d’Alexandre, de Louis et d’André. Au fond, à gauche, la forge. A côté, un tas de bois. Puis la treille qui court le long du mur. Tout près, la grande volière où chardonnerets, verdiers, tourterelles et alouettes cohabitent à grand renfort de gazouillis, et de chants. André m’a avoué être chargé de la peupler. Il m’a raconté comment il s’en allait avec un de ses copains, du côté de la voie ferrée, avec dans une main, deux cages. La première occupée par le « RÉCLAMO », un appeau naturel en quelque sorte. En fait, un traître qui devait attirer ses congénères. La seconde, vide pour l’instant, était réservée aux futures victimes. Dans l’autre main, la boite de conserve munie d’une anse, faite d’un simple fil de fer, qui contenait la glu obtenue en faisant fondre une vieille semelle crêpe sur les braises de la forge. S’ajoutaient à cet attirail, 3 morceaux de roseaux enduits de glu. L’endroit choisi, les roseaux déposés, le « réclamo » placé, nos compères se cachaient plus loin. Mais l’astuce ne s’arrêtait pas là. En soufflant dans le creux de la main, ils imitaient les cris des chardonnerets. Le réclamo , l’oiseau-traite malgré lui, entrait alors en scène donnant de la voix, attirant ainsi les chardonnerets du coin. Les malheureux accouraient à tire-d’aile, se prenaient dans la glu. André n’avait plus qu’ à les récupérer, débarrasser leurs pattes de la colle tenace en les frottant avec de la terre ou du sable, et les emprisonner dans la cage vide. Cinq ou six petites bêtes venaient alors rejoindre les chanteurs de la volière. Un fin chasseur notre André! Attendez! Ce n’est pas tout! En automne, la chasse était différente. Là, pas de glu, mais des fourmis d’ailes, des fourmis ailées pour être plus correcte. Encore notre « patois »! Notre TARTARIN SALADÉEN, partait à la chasse à 4 heures du matin. Pas de lion au programme mais des étourneaux! Notre ami plaçait quelques 40 pièges où s’agitaient nos fourmis d’ailes. Les étourneaux s’y laissaient prendre. Le sac de toile qui lui servait de carnassière bien rempli, il ramenait fièrement son butin à grand-mère PALOMO qui les plumait et les préparait pour la grillade du soir. Je ne vous raconterai pas la troisième méthode de chasse de ce coquin d’ André. J’aurai, j’en suis sûre, des problèmes avec une certaine association. J’entends des reproches? Pas de jugements hâtifs, s’il vous plaît! André n’était pas le seul garçon-chasseur du village, c’était une pratique courante chez les jeunes …..avant de tenir un fusil, la chasse étant une activité très prisée chez les Saladéens. Mais revenons à la forge. Des chevaux sont parqués attendant d’être ferrés. D’après les dires d’ André, et je veux bien le croire, ce n’était pas chose facile, de mettre un fer au sabot d’un cheval! Il fallait d’abord l’immobiliser. Les fils aînés venaient alors à la rescousse. Bien souvent, la bête affolée essayait de mordre: une muselière s’imposait. D’autrefois, M. PALOMO lui bloquait les mâchoires avec une barre de fer, ou lui tordait l’oreille en s’aidant d’ un bâton. Apparemment, la méthode était efficace et le calme revenait dans la forge. Je n’irai pas plus loin dans les confidences d’ André. D’ailleurs, il crapahute dans la cour avec son copain Jean Claude, passant en chahutant devant les fenêtres qui donne dans la cour de la maison de Nicole KLEIN. Un autre fait marquant dans cette forge: le jour de marché au village. Les habitants des douars environnants arrivaient en carriole chez le pajero , avec femmes et jeunes enfants emmaillotés dans la « fouta » sur le dos de leur mère. Après les « salamalecs » d’usage, les femmes se regroupaient autour de l’ abuela PALOMO, discutant cuisine ou faits du jour tantôt en espagnol tantôt en arabe, parfois en français. Tandis que les hommes, couffins d’alfa sous le bras, partaient au marché. Douce époque!!! Continuons notre promenade. En face, le couloir menant chez Jeanine et Dany ESTÈVE, et dans la même cour, chez Aimé UBEDA. A côté, la maison de Vincent, Hermance, et Marcelle ROSELLO. Sur le toit-terrasse, son lieu de prédilection, Marc, l’aîné d’Hermance et d’ André PEREZ, venu voir sa grand-mère joue tranquillement avec les jeux offerts par tonton Vincent. J’ai mené ma petite enquête! Qu’est-ce que vous croyez! Tout à l’heure arriveront Marcel BELTRAN et Richard SANCHEZ. Ils joueront avec Marc, dans le jardin derrière la maison. Nous passons actuellement devant le couloir d’ entrée d‘Henriette SANCHEZ, la tante de Jeanine, d’Yves et de Richard SANCHEZ. Vous vous souvenez d’Henriette SANCHEZ? Une dame-choriste qui faisait partie de la chorale de M. le Curé. Laissons la rue Manuel ANDREU. Tournons à droite. Nous voici dans la rue Agnel BERNARD, du nom d’un des maires de Rio. Là, je dois vous avouer que je patauge un peu. Je crois que nous arrivons devant un magasin qui fut l’épicerie de Mme ESCUDERO, avant son déménager au boulevard national. En face sur le balcon, Thierry et Marie Jeanne TROUIN, ont l’air d’attendre quelqu’un. Avançons un peu, voici la porte d’entrée de la maison de Jeanine et Yves SANCHEZ. Traversons la chaussée. Voici la cour et la maison de M. MONTERO. Elle fut construite dans les années 30. Je ne peux vous en dire plus. Arlette et Valérie, les filles aînées, sont à la maison, Antoine et Armand vont rejoindre leurs copains pour une nouvelle partie de foot. Les cigognes sont revenues sur le toit de la buanderie située sur la terrasse. M. MONTERO me racontait que, plus d’ une fois, il était obligé de remettre dans le nid, un cigogneau imprudent, incapable de reprendre son envol. Il est vrai que les cigognes avaient l’habitude de nicher sur les cheminées du toit de la mairie jusqu’au jour où la municipalité fit placer dessus des cercles de fer. Le clocher de la vieille église leur fut aussi condamné ainsi que le clocheton de la vieille école. Alors ces malheureuses ont trouvé refuge sur le toit de la buanderie et même…. sur un pylône électrique près du jardin public. Je vous entends, vous les septiques: « Un pylône ? Baya Bola!». Allez vérifier dans l’album-photo à la fin de ce texte!.. Après cet intermède, regardez en face. Voici la boucherie de M. MANRIQUÉ Antoine. Puis le portail donnant dans une cour commune. Une mise au point s’impose. Nous avons laissé le boulevard national. Comme nous avons ces jours-ci  » PORTES-OUVERTES à RIO« , je voulais vous faire connaître l’ébénisterie de M. SAHEL. Je la situe en face de la vieille école de filles. Ça y est vous y êtes? Alors, Vous, « promeneurs » qui me suivez dans ce flash-back, allons jusqu’au bout de la rue et tournons à gauche: rue Maréchal FOCH en direction de la vieille école. Arrêtons-nous quelques instants sur les marches de la maison de grand-mère MARZULLO. Voici Henri qui revient d’un entraînement. Henri MARZULLO! Ce nom ne vous dit rien? Henri, est un des hommes de base de l’ ORANIE aux championnats d’ ALGERIE haltérophiles. C’est M. Gaston CERNA qui l’entraîne pour ces concours. Dédé ,son jeune frère, suit son exemple. Libérons le passage aux athlètes et allons nous installer au bar tout près. Le bar de M. MACIA (Le 7ème, n’est-ce pas ami René?). Je vous propose d’aller faire un tour dans la boulangerie qui jouxte le bar: celle de Mme JUAN. Les enfants de notre boulangère, Emile, Christian et le petit dernier dont j’ai oublié le nom, reviennent de l’école. Il y a dans la boulangerie MACIA, entre autres pains, des « longuets« , que je vous conseille de grignoter. Ces longuets, quel régal! Et je me demande pourquoi! En fait, plus fins qu’une ficelle de pain ordinaire, de l’épaisseur d’ un doigt plus exactement, ils craquent sous la dent. On les mange sans faim. Pour le plaisir de croquer du pain frais! Allons les déguster au bar de M. MACIA. Nous ne pourrons aller plus loin, la journée est trop avancée. Mais promis, je vous conduirai chez M. SAHEL pour admirer le travail de son ouvrier: M. DANER.

AMICALE DU RIO SALADO : JOURNEE DU 9 JUIN 2019 à POUSSAN (34560).


Chers amis amicalistes,
Votre amicale du Rio Salado poursuit son bonhomme de chemin entrepris il y a une quarantaine d’années.
Tous ceux qui ont accès à notre site internet peuvent le constater.
En, cette année 2019, après deux années de tâtonnements, elle vous propose de nous réunir à nouveau le dimanche de la Pentecôte. L’organisation de la journée sera similaire à celle de nos anciens
rassemblements, mais respectueuse toutefois du vieillissement de nos administrateurs.
Ainsi, le 9 juin 2019, nous vous attendrons en fin de matinée à POUSSAN (34560) dans la très belle et très accueillante salle « ODEON » qui pourra nous recevoir nombreux. Après un apéritif préparé et servi par l’amicale, vous pourrez y déguster un excellent repas (qui remplacera notre traditionnel GASPACHO) préparé par le traiteur des ESPALIERES (Loupian) et arrosé d’un vin de pays (cave de Beauvignac).
Nous espérons de tout coeur que vous serez nombreux à nous rejoindre démontrant ainsi que notre pays d’origine, nos villages et nos amis seront toujours dans nos coeurs.
Ernest REYNE.
Président.
Pour la bonne organisation de ce rassemblement, pensez à remplir sans tarder le bon d’inscription cidessous et à le retourner à l’adresse indiquée, accompagné de votre règlement, au plus tard

le 27 mai2019 (date impérative pour le traiteur),

sans oublier de préciser votre adresse électronique (e.mail)


BULLETIN DE RESERVATION
à compléter et à retourner, avec le règlement, au plus tard le 27 mai 2019, à l’adresse suivante:
Mme J. SALVA N2 Impasse l’Orée du Bois 34200 SETE
M………………………………………………………………………………………………………….
Adresse :………………………………………………………………………………………………..
Tél :……………………. Mail :……………………………
Désire réserver pour :……………………..personnes adultes x 30 € =………….
et pour :……….Enfants de moins de 16 ans (gratuit)
A table, je souhaite être avec (entourer): Er Rahel- Rio Salado – Turgot –

ITINERAIRE vers SALLE ODEON
Tel : 06 72 71 38 77
Arrivée par autoroute :

sortie 33 SETE,

– après péage, prendre à droite D613 MEZE BEZIERS,

– roulez 2 Km,

-au panneau « ESPACE VIALA, Z.A. Du Clach », prendre la contre allée
parallèle à la D613.

– vous passez devant BOX AIR,

– continuez ( malgré le sens interdit )

– au bout de 500m, la salle ODEON à droite.

Arrivée par D613 de Montpellier.

A la hauteur de POUSSAN, restez sur la D613 et reportez-vous aux explications ci-dessus.

Arrivée de Béziers par D613 .,

après MEZE, BOUZIGUES, à la hauteur de POUSSAN,  (vous verrez à gauche, la salle), sortez à droite pour passer sur le pont pour reprendre l’autre sens vers MEZE BEZIERS. Puis, reportez vous aux explications ci dessus.

HOTELS :
Campanile – Brit Hotel – Hotel 1er Classe, proches du

Centre Commercial Carrefour du de Balaruc Les bains.