Le point sur la réfection du cimetière de Rio.

Notre président, Ernest REYNE, nous informe.

Pendant de longues années, le cimetière de Rio Salado a été épargné, mais plus récemment, suite à l’effondrement du mur d’enceinte et en l’absence de gardien, il a été en grande partie vandalisé.
Le C.S.C.O (Collectif de Sauvegarde des Cimetières d’Oranie », présidé par le docteur Jean-Jacques LION et partiellement subventionné par le Conseil Régional de PACA, a pris en charge la remise en état et la préservation des cimetières d’Oranie les plus dégradés, dont celui de Rio Salado.
De nombreuses rencontres et discussions avec les autorités locales ont été nécessaires pour aboutir à un consensus sur les besoins les plus urgents.
Alertée par notre amie Michelle CHORRO, vice-présidente du CSCO, notre amicale a lancé, auprès de ses adhérents saladéens, une souscription visant à soutenir financièrement l’action du CSCO. Les sommes ainsi recueillies par notre trésorier ont été retenues sur un compte spécial jusqu’à la certitude que les travaux nécessaires, à commencer par la réfection du mur d’enceinte, seraient effectivement engagés.

Continuer la lecture de « Le point sur la réfection du cimetière de Rio. »

Nouvelle catégorie : on recherche…

Après l’ « appel du pied » de certains d’entre nous, le site décide d’ouvrir une nouvelle « rubrique-catégorie » qu’on retrouve en bas et à droite de cette page. Il suffit de cliquer dessus pour revoir tous les articles qui concernent ce sujet.

Ce jour, c’est Daniel LONG qui s’ « y colle » :

« Bonjour à tous,
Je viens faire appel à la mémoire collective des Saladéens. La vôtre et celle de vos ancêtres grâce aux récits qu’ils ont dû vous transmettre et que vous avez sûrement conservés minutieusement.
Je m’appelle Danielle Rodriguez, fille de Thomas dit « Néné », nièce de Cécile Rodriguez.
Passionnée de généalogie depuis des décennies, j’essaie d’ « habiller » mes ancêtres.
Je recherche des renseignements sur mon arrière -arrière-grand-père TIRADO Francisco.
Pourquoi une rue du village a-t-elle porté son nom? Pour quelles familles a-t-i l travaillé?
Et suprême cadeau, c’est bientôt Noël, on peut rêver, quelqu’un aurait-t-il une photographie de cet homme que je n’ai pas connu mais pour qui j’ai une tendresse toute particulière?
Merci d’avoir pris le temps de lire mon message.

Cordialement.
Danielle »

Pentecôte en septembre : réunion de l’amicale.

Le mot d’Ernest REYNE, président de notre amicale :

« Nombre d’entre nous ont pu penser que le 35ème anniversaire de l’existence de l’Amicale, célébré en 2016 à Villeneuve-Les-Béziers, marquait la fin d’une belle aventure amicaliste. C »est probablement la raison pour laquelle nous étions relativement peu nombreux ce week-end de septembre 2017 au Village Vacances AZUREVA de Cap d’Agde. Pourtant, au cours de ces 35 années, nous avions accumulé tant de souvenirs et vécu tant de moments d’amitié joyeuse, qu’il était inimaginable d’en finir avec nos rendez-vous annuels.

Carte postale d’Azureva offerte par jadette SALVA.

Continuer la lecture de « Pentecôte en septembre : réunion de l’amicale. »

BENI BADEL-ORAN : la voie de l’eau douce.

Malgré les recherches de mes dévoués informateurs, nous n’avons rien de précis concernant le raccordement de RIO à l’eau de BENI-BADEL. Élargissant mes recherches sur INTERNET, d’après les infos que Michelle CHORRO m’avait données, j’ai pu trouver un témoignage d’Henri MONOD  (« Un cas concret: ORAN« ). Voici un extrait à travers lequel on peut se  faire une petite  idée de ce qui a pu se passer à RIO.

«…Pour nous tous, oranais, l’eau était une bénédiction du ciel, un moyen de vivre.. ».                                                            

« …la solution a été extrêmement  coûteuse. Il a fallu aller chercher l’eau dans les monts de TLEMCEN, aux sources de BENI BAHDEL à 180 km d’ORAN à travers un territoire extraordinairement mouvementé. Ce sont 180 km d’ouvrage d’art où les français ont mis tout leur génie pour pouvoir réaliser cette adduction d’eau.                                                                     Continuer la lecture de « BENI BADEL-ORAN : la voie de l’eau douce. »

11 Novembre : à l’ombre de nos Monuments aux Morts.

Le  11 novembre est une date anniversaire que nous avons  célébrée de nombreuses fois dans nos  trois villages, RIO, TURGOT, ER RAHEL .

Monument aux Morts de Rio Salado.                                                  

En 1925, le maire Joseph MILHE POUTINGON fit cette allocution:                   

« Sur  l’une de ses places, en face de la mairie, se dresse le MONUMENT aux MORTS, élevé à la mémoire des enfants de RIO SALADO morts pour la PATRIE. Ce monument glorifie magnifiquement en lettres d’or nos Grands Morts. Les noms sont inscrits au hasard, sans distinction de grade ni de race, ni de religion, tous unis dans la même gloire.                                            L’inauguration de ce monument, a eu lieu le 9 DECEMBRE 1923 , sous la présidence de M. le Préfet d’ ORAN et de M. le Général Commandant de Division. Elle s’est déroulée dans une manifestation à la fois simple et grandiose, dont les Saladéens conserveront longtemps le souvenir.                Rio Salado. 1925 ».

Archive de l’amicale du Rio Salado.

Continuer la lecture de « 11 Novembre : à l’ombre de nos Monuments aux Morts. »

L’eau de Beni Badel.

Dans la Rubrique « QUI POURRAIT ME DIRE? ».
A quelle date et comment la population et la municipalité du village ont accueilli L’EAU DE BENI BADEL?
J’en ai quelques souvenirs assez flous que je ne livrerai pas dans l’immédiat de crainte que Jadette « dégaine  » de ses archives des preuves écrites qui me feraient penser que je perds la mémoire.
Je vous rappelle que l’usine qui fabriquait les tuyaux (avec du sable de la plage) était à Laferrière.
René Cardona.

Pour en finir avec les vignes et les vendanges.

Depuis l’article de René CARDONA concernant ce thème, de l’eau aura coulé sous le pont de la Mitidja. Pensez donc 7 commentaires pas moins et Jadette qui s’impatiente avec tous les textes de ses archives.

A sa demande, je vais essayer de reproduire, DANS l’ ORDRE CHRONOLOGIQUE, les documents que notre archiviste a puisés dans ses trésors.

Continuer la lecture de « Pour en finir avec les vignes et les vendanges. »

Novembre, le Mois des MORTS ( Joël PLENIER)

En ce mois, où depuis quelques temps, le cimetière de RIO est de toutes les conversations dans notre milieu « Amicalien », j’ai recherché dans les archives de l’ Amicale qui pouvait nous parler de notre cimetière. Et j’ ai retrouvé le bulletin paroissial  de l’ Abbé PLENIER   » Le SEL » de novembre 1956.En voici un extrait:

«Dans nos cimetières chrétiens d’ ALGERIE, le soir de la TOUSSAINT on pourrait placarder l’invitation suivante:

«LES MORTS AUJOURD’HUI REÇOIVENT LES VIVANTS»

Réception qui n’ est pas sans apparat, sans grandeur. Dans notre petit cimetière de RIO SALADO, toujours soigné avec amour, fignolé, beau, c’est une profusion de chrysanthèmes. Les tombes les plus abandonnées d’ordinaire ont pris un air de fête, et les saladéens en foule viennent honorer leurs morts, aujourd’hui leurs hôtes.

Les honorer? Leur faire honneur? il faudrait s’entendre!

Pour la tombe de RACINE, on avait demandé à BOILEAU de composer l’épitaphe:

« Quelque grande idée que nous puissions avoir sur sa réputation, passant, souviens-toi qu’il  te demande non des éloges, mais des prières et des sacrifices. »

Votre curé   J. PLENIER

Document Henriette JACOBIN. Archive de l’amicale du Rio Salado.

Continuer la lecture de « Novembre, le Mois des MORTS ( Joël PLENIER) »

HISTOIRE d’un MUR.

Mais pas  n’importe lequel, celui du cimetière de RIO SALADO.

La demande de construction du cimetière  date de 1859.  Le 6 février 1898, le conseil municipal de la commune de RIO SALADO se réunit dans la salle de la mairie en présence du maire Henri LAGNEAU.                                  objet de la déliberation : construction du mur du cimetière.

Situation du cimetière sur le plan de Rio Salado. Archive de l’amicale.

Continuer la lecture de « HISTOIRE d’un MUR. »

Des nouvelles du cimetière de Rio !

Mon mari et moi-même rentrons d’une semaine en Algérie au cours de laquelle nous avons passé une journée à El Malah sur les traces de ma famille maternelle (pour mémoire, ma grand-mère, Madame Irène Sanchez, tenait un bureau de tabac-librairie-papeterie sur le Boulevard National).

Grâce à Jadette Valéro-Salva, directrice d’école à El Malah après l’Indépendance, nous avons été mis en contact avec Fatima Benaoumer, une de ses anciennes élèves. Celle-ci m’ayant conseillé de m’adresser à l’APC (mairie) afin de pouvoir visiter le cimetière, c’est ce que nous avons fait sitôt arrivés.

La chance a voulu que je tombe sur la « bonne personne », Monsieur Benamar à l’accueil de la mairie qui m’a demandé de le rappeler dans l’après-midi le temps de préparer notre visite. Après un excellent déjeuner chez Fatima et son fils Yacine, professeur d’EPS à Er Rahel, nous avons retrouvé Monsieur Benamar qui nous a conduits au siège de la sûreté du Daira (commissariat de police, ex Villa Lozano ? – à vérifier).

Là, on nous a pris nos passeports, dûment recopiés, et posé des questions sur nos ascendants. Ensuite, Monsieur Benamar nous a conduits chez le gardien du cimetière, M. Ahmed Bouamra, détenteur de la clé. En arrivant sur place, ce dernier m’a expliqué qu’un chantier de réhabilitation avait été initié en 2015 dont sa fille Amina était responsable.

De droite à gauche Mme Benaoumer, M. Benamar, M. Bouamra et moi

Continuer la lecture de « Des nouvelles du cimetière de Rio ! »