La pêche au boliché*. Souvenir… Souvenir…

Archive du net.

En parcourant la presse régionale, on peut trouver la pêche au « bouletchou » qui rappelle étrangement notre pêche au boliché. A n’en pas douter, le lien ci-dessous vous conduira tout droit vers vos souvenirs d’enfance .

http://thau-infos.fr/index.php/terroirs/peche/26110-la-peche-au-bouletchou-de-meze

Bien évidemment, vos souvenirs concernant cette pêche, bien souvent conviviale chez nous, remontent à la surface.

Peut-être même voudriez-vous nous les faire partager? Pourquoi pas? N’hésitez pas d’y aller de votre commentaire personnel en cliquant en haut à gauche de cette rubrique.

  * Curieusement, quand on se réfère au mot « boliche » (que nous prononcions « bolitché« ), le dictionnaire espagnol nous dit qu’il s’agit du… cochonnet du jeu de boules. Encore un faux ami ibère!!!

Une réflexion sur « La pêche au boliché*. Souvenir… Souvenir… »

  1. Chers Amis
    Merci à notre Ouedmaster d’avoir évoqué le Boliche et réveillé mille souvenirs de notre jeunesse à la plage
    Certes nous n’étions pas décideurs mais bons pour tirer sur la corde et ensuite étendre le filet sur la plage pour le faire sécher
    Chacun d’entre nous sait qu’il y avait une rivalité très amicale entre ceux de la Grande Plage et ceux de la Petite
    Aucun des 2 camps n’était avare de plaisanteries (bromas) plus ou moins bien ressenties ou acceptées par l’autre camp. Mais les éclats de rires et les tournées d’anisettes au Casino, à l’ Escale ou à la Guinguette chez « Tchiou » prouvaient qu’il était inutile de déranger l’adjudant Chamousset pour remettre de l’ordre
    Pour mon anecdote, je ne cite pas de nom car pour beaucoup d’entre nous nous avons été sinon acteurs au moins spectateurs. Même s’il y prescription aujourd’hui
    Un soir, l’équipe de la petite plage apprend que ceux de la grande vont tirer le boliche le lendemain les prenant ainsi de vitesse.
    Alors pour rigoler, avec la participation très active de « Bagali » le tatoué et de l’ « Endormi », ils ont décidé de jeter un vieux sommier en fer à l’embouchure de la rivière en face du Casino, juste sur le site du boliche.
    Je vous laisse deviner le lendemain lorsqu’ils ont commencé à tirer les cordes
    D’abord, un grand espoir de pêche exceptionnelle vu la difficulté à ramener le filet. Tout cela ponctué par les meilleures expressions de chez nous : « Tché que c’est lourd et… ». Je censure. Et puis, la déconvenue quand le sommier est apparu dans la « bolsa ». Les insultes biens senties « hijo de … ».
    Heureusement, le filet n’a pas été déchiré. Mais promesse de vengeance de salper les trémails des « ennemis ».
    C’est ça notre jeunesse. Certains diront « crimes contre l’humanité ».
    Moi, j’en suis fier.
    Amitiés à tous.
    R Cardona
    Abidjan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *