5 réflexions sur « 2- Sassel: l’île au chacal. »

  1. Très bel interviewe… Jeune, j’ai entendu parler de tous ces petites îles..
    Le récit de Georges m’a fait revenir dans mes souvenirs … Merci !

  2. Bravo! Entretien très intéressant! L’île du Chacal a beaucoup compté pour les pêcheurs de TURGOT-PLAGE. Mais c’était surtout le rêve pour les amateurs de plongée sous-marine. Nous partions de très bonne heure, lorsque nous allions passer une journée de pêche avec mon père. Mais quel plaisir! Nous nous y rendions une ou deux fois pendant la saison de plage.
    En 1966, pour le plaisir, nous y sommes retournés avec Jacques et M. Antoine MONTERO, par la côte, depuis un douar à proximité de l’île. Dans les « chouaris » qu’un âne portait sur son dos, nous avions notre fils dans un panier et le casse-croûte dans l’autre. Les câbles et le siège en fer gisaient encore sur le sable qui reliait l’île à la plage.
    Quelle journée mémorable nous avions passée!!!!!

  3. MERCI TARIK MERCI JO

    A TOUS, CES QUELQUES LIGNES DE SOUAD MASSI QUE JE TRANSPOSE UN PEU:

    « J’AI MES RACINES QUI SONT ICI ET MES BRANCHES ONT TROUVE DES FEUILLES Là-BAS ».

  4. L’Ile du Chacal nous la connaissions bien et mon Père et mon Oncle Yvon, à tous les gosses, nous faisaient passer: la nuit au Chacal !!!!!!!! Gravé dans la tête avec le Cap FIGALO !!!

  5. Bonsoir Tarik ,
    Il y a 2 ans, j’ai eu le plaisir d’échanger avec toi après la publication de l’interview de Georges Girardet que tu as réalisée et publiée sur YouTube. J’ai revécu des souvenirs inoubliables de mon adolescence et de ma jeunesse.
    Mr Louis Girardet était un ami de mon père et j’ai eu la chance de le rencontrer chez lui. Quel émerveillement d’écouter ses récits et de découvrir ses installations aussi astucieuses que pratiques! Adaptées à sa vie insulaire. Depuis le « téléphérique », la collecte d’eau de pluie, le palan pour remonter le bateau, sa chambre juste sur les rochers au bord de l’eau qui, disait -il, par mer mauvaise, vibrait sous l’effet des vagues. Je me souviens également de son attirail et équipement de pêche bien rangés dans la pièce qui servait je crois de cuisine. Par contre, si je revois parfaitement le vivier et les langoustes mais pas de homard! J’ai souvenir également d’un gardien (?) réfugié espagnol. Georges confirmera.
    Quant à la grotte du Cap, je te l’ai dit, avec des amis, nous plongions en amateurs avec nos masques et palmes (de marque « Champion ou Tarzan » achetés chez Ardiot à Oran) jusque dans la première grotte. Nous ne savions même pas qu’il en existait une seconde. Rien à voir avec l’excellent reportage que tu as réalisé avec tes amis.
    Pour tout ça: l’interview de Georges, ton reportage : Merci !
    La dernière fois que je suis allé au CHACAL, c’était en septembre 1964. Je savais que c’était la dernière. Deux mois après, avec mon épouse, nous étions en Côte d’Ivoire.
    Mais tu vois, près de 60 ans après, il m’arrive encore souvent de me promener sur la plage, de naviguer entre les îles jusqu’au Portijol, saluer Mr Guittar, d’aller pêcher à la traîne autour de l’écueil. Mais hélas! ce n’est qu’en imagination.
    Tu m’as invité à venir à Sassel. Je l’aurais fait volontiers mais avec l’age… Ce sera je pense un grand regret.
    Tu vois: on n’oublie pas ses racines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.