Notre annuaire du téléphone 1962-62..

Si l’on vous posait la question suivante:

« Quel ouvrage emporteriez vous sur une île déserte? » Que répondriez-vous?

Voici la réponse originale que fit un gentleman de l’aventure:

« L’ANNUAIRE du TÉLÉPHONE. J’y retrouverai mes amis, mes ennemis, ma rue, mon épicier, mon garagiste, les prénoms des trente six femmes que j’ ai aimées. Je découvrirai la rue du chat qui pêche, la rue des vertus, la porte des lilas….c’est la plus délicieuse et la plus poignante géographie du cœur.»

Alors pour les « naufragés involontaires » que nous sommes, voici l’annuaire téléphonique de nos trois villages: ER RAHEL, RIO SALADO, TURGOT.

Et, comme notre gentleman aventurier, partez à la « découverte » de votre géographie du cœur.


= = = = = = = = = = == = = = =

= = = = = = = = = = == = = = =

= = = = = = = = = = == = = = =

8 réflexions sur « Notre annuaire du téléphone 1962-62.. »

  1. Merci Jadette !
    Précieux annuaire! Je viens de le relire. Tous ces noms me reviennent et j ai fait le tour (noms et rues) de nos
    villages surtout Rio et Turgot. Er Rahel, je connaissais moins.
    Bonne journée à vous tous.
    Denise Martinez Lignon.

  2. Oh quel précieux document! Merci de ce partage ! Voilà une trace de ma belle famille inattendue et émouvante d’un temps où le téléphone dans une maison était rare.

  3. Etant un grand amoureux des livres, et d’une manière générale de tout ce qui se lit, je suis de fait un grand conservateur et par là-même je possède l’annuaire de l’Oranie de 1960, ramené et rescapé de RIO au moment de notre départ. J’avais bien tenté, il y a peut-être 20 ou 30 ans, de le faire rééditer de façon oficielle. Mais je m’étais heurté à une administration postale tellement tatillonne et cupide que mon affaire a capoté. Chaque fois qu’un(e)oranais(e) et qu’un(e) oranien(ne) a voulu le consulter, c’était des « Oh » des « Ah » de souvenirs qui remontaient comme des bulles dans les gorges des curieux. Cet annuaire a maintenant pas mal vieilli. Tout comme nous du reste. Ah, nostalgie! Quand tu nous tiens ….amitiés à vous tous et toutes. ROBERT.

    1. Je ne dirai pas « nostalgie », Robert, simplement l’envie, le devoir. C’est normal de montrer à tout un chacun, nos enfants compris, un pan de notre adolescence, de notre vie dans ce village qui fut le nôtre. Mes amis sétois, au détour d’une rue, sont heureux de montrer et de dire: « Là, c’était mon école…Ici, habitait ma grand-mère…là-bas… »
      Nous, il ne nous reste que notre site, avec les photos, les anecdotes, les commentaires de nous tous, pour « montrer » que nous aussi avons malgré tout, des racines réelles et bien implantées. Notre RIO SALADO continue de vivre. Merci Robert pour ton commentaire. Amitiés saladéennes.

  4. Merci Jadette, tu avais eu la bonne idée, il y a un demi-siècle, de m’en donner une copie que je conserve précieusement et que je consulte parfois ici à Abidjan
    A voir les commentaires enthousiastes de nos amis, tu as, une fois encore, réveillé de bons souvenirs. Je vais compléter par
    Qui se souvient?
    Quand on devait appeler un correspondant soit à Rio soit ailleurs, il fallait tourner une petite manivelle pour joindre la poste (Mme Stephen, je crois ?) qui nous mettait ensuite en relation avec le N° demandé. L’attente était parfois (souvent même) longue. Ce qui faisait râler nos anciens qui pestaient contre la postière. Tout ceci bien entendu avec bienveillance et beaucoup d’humour. Et pour employer une expression bien de chez nous: « Il fallait être dans les papiers » pour être servi plus vite.
    Il se disait aussi que les conversations étaient écoutées. Pour moi, Manarf ???
    Amicalement
    René Cardona
    Abidjan

    1. René, la préposée au téléphone était Marie-Louise OLIVER. Madame STEPHEN était au guichet.
      Comme j’ai dû faire une enquête pour retrouver Marie-Louise, j’ai obtenu de nombreux renseignements. Je ne t’en dis pas plus. Je proposerai à notre « ouedmaster » un article sur la « POSTE » qu’il présentera sur le Site en temps voulu.

  5. Jadette!
    Quelle bonne idée que cet annuaire téléphonique.
    Il n’y a que toi pour nous rappeler que notre RIO est là. En parcourant tous ces noms que de souvenirs heureux tu as fait ressurgir en moi.
    Tout ces noms connus. Comme le fait si justement remarquer notre ami René, il fallait être patient. Cela me fait penser au sketch de Fernand Reynaud: « le 22 à Asnières ».
    Et à la chanson de Franck ALAMO revue et corrigée en ceci.
    « Allo Rio, j’ai votre numéro qui trotte dans ma tète!!! »
    Jadette, encore merci de te dévouer ainsi pour que la mémoire des 3 villages perdure.
    Amicalement.
    Michelle Chorro

  6. Pour vous tous qui commentez mes articles: mon amie Michelle m’a fait parvenir cet écrit, qui m’a intéressé au plus haut point.
    Je n’en connais pas l’auteur, un certain Michel MITRANT, mais je le remercie vivement. En voici un extrait:

    «Dis leur petit.
    Toi, oui toi! Le petit pied noir qui reste accroché à ton mouchoir, et qui depuis 62, l’agite comme pour dire au revoir!
    Ta terre n’est plus en vue. Depuis longtemps! C’est foutu! Ton bateau est ancré au milieu de nul part. Autour de toi, il n’ y a qu’horizon. Va falloir te faire une raison!… Alors, ne reste pas là! Et viens nous raconter, EL BIAR, les AURES, CAP FALCON, ORAN,…
    Je te préviens quand même, l’histoire de gens heureux n’intéresse pas grand monde.
    Mais quand tu vas parler, on va lire ton regard, embrumé comme TAHAT au sommet du HOGGAR. On va enfin comprendre ce qu’est être amoureux.
    On sera d’abord deux, toi, et moi si tu veux, et puis, ils vont venir les enfants, revenir les aïeux, attirés par tes yeux brillants de mille feux. Alors ne reste pas au milieu du néant. Ne laisse pas n’importe qui raconter n’importe quoi! Jette-le ce mouchoir!
    Pour que le monde sache! Pour tous ceux qui sont morts… Pour ne pas qu’on oublie.
    Dis leur que  » LÀ-BAS » a un nom!….
    »

    Inutile de vous dire que pour nous ce nom est: ER RAHEL, RIO SALADO, TURGOT.
    Amitiés .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.