Nous, les naufragés d’Algérie.

Parfois au cours de notre vie… métropolitaine ( oui, c’était le mot juste employé là-bas), au détour d’une conversation, d’un film, d’une image même, tout remonte à la surface. Et des souvenirs noyés de tristesse, de nostalgie, d’incompréhension resurgissent du fond de notre mémoire.

Les avions-nous vraiment enfouis sous la couche épaisse de nos activités quotidiennes ?

Où étaient-ils latents, à l’ affût…Prêts à nous rappeler que nous ne serons jamais que des déracinés ?

 

 

3 pensées sur “Nous, les naufragés d’Algérie.”

  1. Nous n’oublierons jamais notre passé, notre vie là-bas, malgré la couche épaisse d’un vécu
    en Métropole, nous serons toujours des déracinés!!…..
    Je vous embrasse

    1. Bonjour, Ali.
      Tu comprendras bien qu’on ne peut donner aucune information si nous ne savons pas où elle atterrit.
      Je veux dire par-là que le prénom Ali ne suffit pas. Moi, qui ne suis pas de Turgot, mais qui connaît un peu le village, grâce à André BERMUDES , mon beau-frère, je peux te dire que je connais déjà un Ali. Il s’agit d’Ali BACHARI qui nous a si bien accueilli en 1980.
      Je peux te dire également que Roger STARCK est décédé il y a quelques années ainsi que son frère André STARCK. Quant à Yves STARCK (appelé « Vivi »), il nous a quittés l’année dernière.
      Quant aux deux autres, encore en vie, tu comprendras que je ne peux te donner des informations que si tu me dis qui tu es.
      Bonne journée.
      Jo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *