Suite et fin « FOOT à RIO » -Un Article de J-L. LOZANO.

«…..Durant l’été 1958, l’idée nous vint de faire revivre le S.O.S, mis en sommeil depuis quelques années après l’épopée de la grande équipe dirigée par le Président  Sassa ROSELLO. Une équipe d’amis de tous âges: Bébert ARACIL, SANCHIS, PÉPICO el Pintré, Ernest REYNE, beaucoup d’autres et moi-même, se mit au travail et engagea le S.O.S dans le championnat pour la saison 58-59. Le siège social  se situait au BAR des SPORTS, boulevard national, une nouvelle tenue fut achetée avec des fonds collectés par Monsieur REYNE, propriétaire des lieux.

Archive de l’amicale du Rio Salado : les nouvelles recrues.                                                                                                                                                                                                                                                                             Premier rang : Yves SANCHEZ- 8 Etienne ROSELLO                                                 2ème rang : – ?- Louis LAMBERT-Ernest REYNE- Jean-Louis LOZANO- Paul COVACHO-Henri MEGRET- 3ème rang: au centre Jean GALLARDO – 
Archive de l’amicale du Rio salado

1er rang : Paul GALLARDO- Jean Louis LOZANO- Ernest REYNE- Louis CHORRO-2ème rang: Jean GALLARDO- Lucien VIRUEGA- Henri NAVARO- Roger MACIA- Henri MEGRET- Louis LAMBERT- 7 (?)-

Archive de l’amicale du Rio Salado

1ère équipe:                                                                                                                                      Debout de gauche à droite : 1(?)- 2 (?) -3 Lolo DAVOS- 4 André DESOLA – 5: Lucien VIRUEGA- 6  Ernest REYNE- 7 Amer BELOUARANI-8: (?)                         Accroupis : 9-Abdelkader BOUDISSA- 10 (?) – 11 Jean-Louis LOZANO- 12 Yves CIBOUILLE-13 Jean GALLARDO- 14 Etienne ROSELLO.

Archive de l’amicale du Rio Salado.

1ére rencontre:                                                                                                                       Debout : 1(?)- 2 (?)- 3: Amer BELOUARANI-4:Roger MACIA- 5: (?)- 6: Henri NAVARRO- 7: Jean GALLARDO- 8:(?)                                                                     Accroupis :9: (?)-10: Jean Louis LOZANO- 11: Yves CIBOUILLE- 12 Ernest REYNE- 13: Etienne ROSELLO.

Notre équipe, malgré tous leurs efforts, obtint des résultats désastreux.         16 matchs officiels: 1 nul et 15 défaites, mais…de très bons souvenirs.             Après un démarrage fantastique dans un engouement extraordinaire, les supporters très nombreux lors des premiers matchs, se raréfièrent en cours d’année pour deux raisons: nos résultats calamiteux, et surtout la détérioration de la situation politique. Durant cette saison, notre effectif n’a cessé de se modifier. Nous avons eu, au tout début, plus d’une quarantaine de noms sur notre feuille de matchs. Mais cet effectif s’effilocha en cours d’année: départ au service militaire ou rappelés, blessures des anciens (  CAPAROS, AOUES, SANCHIS, BAREIRO, DAVOS) et abandon de certains, face au désastre sportif….les plus fidèles au club furent notre ami LAGRA, Jean et Paul GALLARDO, Etienne ROSELLO, Ernest REYNE, et moi-même.                 Durant ces moments où seule la volonté de « faire » vivre encore le S.O.S nous motivait, j’occupais moi-même le poste de gardien de but , pendant une mi-temps mais sans succès                                                                              Heureusement  quelques très bons souvenirs ont émaillé cette saison. Comme ce déplacement à EL ANÇOR ( EL ANÇOR: 1- RIO: 0), où notre gardien Roger MACIA commit une seule faute mais QUI NOUS FUT FATALE! Au cours cours de la deuxième mi-temps, l’arrière gauche adverse, positionné sur la ligne médiane, procède à un dégagement anodin par un grand coup de pied (je me trouvais à quelques mètres de lui). A ce moment, je vois Roger devant sa cage, dos tourné à l’aire de jeu, je crie de toutes mes forces: «ROGER ! ROGER ! ». Appel immédiatement repris par tous nos coéquipiers :  «RO..GER ! ». Le ballon part en cloche vers notre but et, après plusieurs rebonds nonchalants, vient mourir dans notre cage…Roger, le dos tourné, ne se rend compte de rien et paraît très attiré par ce qui se passe derrière la ligne de but. Une engueulade montrueuse s’ensuivit au sein de notre équipe. Et dire que nous étions à égalité!… Et Roger, tranquillement nous expliqua son comportement:  «Des gamins, supporters de l’équipe adverse, m’insultaient. Je n’allais quand même pas laisser passer ça! Je me suis trouvé dans l’obligation de riposter, en leur lançant des pierres.»    Moralité: nous avons perdu 1 à o !                                                                                Tous ces souvenirs restent à jamais gravés dans ma mémoire et, je suppose, dans celle de tous nos participants, car nous mettions toute notre ardeur  à disputer ces matchs.»

Ce ne fut pas là les derniers soubresauts du S.O.S. Après la dislocation de l’équipe, alors que la vie reprenait doucement dans notre village, en 1963 ou peut-être 64, une dernière équipe réssucita le S.O.S, le temps de quelques matchs amicaux.                                                                                                                   Pour clore notre flash bach,voici la photo de cette dernière équipe envoyée, il ya quelques années, par notre ami Messaoud BENYOUCEF».

Archive de l’amicale du Rio Salado.

La dernière équipe:                                                                                                        1 : Debout :Antoine MONTERO- 2: Aimé VIRUEGA- 3: André SALOU- 4: Léon GOUAULT- 5: Boucif CASUELA- 6: Norbert LOPEZ-                              Accroupis: 7: Ange  PARRA- 8: Antoine GONZALVES- 9:  Mohamed LABANI- 10: Messaoud BENYOUCEF- 11: Paul COVACHO

 

Une réflexion sur « Suite et fin « FOOT à RIO » -Un Article de J-L. LOZANO. »

  1. Bien sûr, il y avait « les footeux » de notre âge qui défrayaient la chronique parce qu’ils en voulaient. La « bande » à Jean-Louis et Titou montrait combien on peut aimer ce sport. Le problème c’est que le stade de foot était loin et qu’il fallait vraiment être « accro » pour s’y rendre.
    Le basket offrait plus de possibilités car le stade était en pleine ville, accolé au gymnase. Pour y aller inutile de se rendre en périphérie. En outre, c’est le dimanche matin, après la messe (!), que nous pouvions aller applaudir l’équipe de Roger JIMENES.
    Finalement, le sport à Rio occupait une bonne partie de la jeunesse: la gymnastique (comme on disait), le basket, le foot…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.