Un autre champignon.

Un autre champignon ……

Le champignon de fenouil n’ayant pas dévoilé ses secrets, je voulais vous parler d’un autre champignon que j’ai connu chez nous, à Rio Salado. Un champignon que ma grand-mère maternelle cultivait, ou pour être plus exacte, élevait avec un soin tout particulier,   A l’abri des courants d’air, de la lumière, et de la chaleur, dans un récipient  en verre relativement grand. C’était une espèce de membrane gélatineuse, baveuse, visqueuse, pas jolie à voir, qui ressemblait à la mère que l’on trouve dans le fond des bouteilles de vinaigre. Ma grand-mère le nourrissait à grand renfort de cuillerées d’eau sucrée, et chaque matin, j’avais l’obligation d’ingurgiter de gré ou de force, le nez pincé, une gorgée de ce soi-disant remède miracle, produit par ce champignon qui devait me guérir du paludisme. Entre nous soit dit, après de bons mois de ce traitement, et un séjour sur les hauteurs de  Tlemcen, je n’eus plus de crise de paludisme. Bave du champignon ou quinine? Je ne saurais dire. Longtemps j’ai cru que ma grand-mère était la seule dépositaire de cette potion magique.  D’où tenait-elle ce champignon ?  Là aussi mystère. Jusqu’au jour où bavardant avec la maman d’une de mes élèves, pharmacienne de formation, j’appris que ce champignon miracle est en fait un KOMBUCHA. J’eus tout de même un  petit pincement au cœur , un peu déçue, je venais d’ apprendre que ma grand-mère n’avait pas l’exclusivité de ce champignon. 

Pour parfaire vos connaissances, consultez le sage de l’ Ami René,  le » Sidi Ould Google ». Il vous en dira  plus, sur le kombucha, champignon médicinal.

Vous pouvez aussi aller sur le site dont voici le lien :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kombucha

5 réflexions sur « Un autre champignon. »

  1. André SANCHEZ, époux de Paulette GONZALES.

    J’ai connu ce champignon chez une tante à Casablanca qui était sensé guérir certaines maladies, dixit ma tante. Quand on lui demandait le nom de cette mixture, elle nous répondait qu’il s’agissait d’un champignon japonnais… Je n’ai jamais su s’il avait guéri qui que ce soit….
    A bientôt…peut-être.

    1. Tu n’es pas la seule, Paulette, à avoir entendu parler de ce champignon. En bavardant avec mon amie Jeanine, elle aussi saladéenne, j’ai appris avec plaisir, que ce champignon avait eu une place de choix dans pas mal de maisons du village, et qu’on l’appelait « el HONGO ». J’ai voulu en savoir plus. Je suis allée consulter mes dictionnaires. Aucune information dans le valencien, encore moins dans le catalan. Par contre, mon vieux dictionnaire Delgado, me donne la définition suivante: HONGO, en terme
      botanique, désigne un végétal sans chlorophylle.

      Alors comment ce « HONGO » était-il arrivé à RIO SALADO? Étant un champignon médicinal, on pourrait penser qu’il venait de la pharmacie. Connaissant Madame RAUTURIER, elle ne l’aurait jamais appelé « HONGO »mais « KOMBUCHA »! Alors était-il arrivé dans le cabas d’une de nos grands-mères? Et, l’amitié jouant, les bourgeons du « HONGO » auraient-ils circulé vers d’autres ménages! Pourquoi pas? Hélas! plus personne parmi nous pour nous renseigner. Les pages de notre bibliothèque saladéenne se sont envolées les unes après les autres.

      1. Coucou Jadette,
        Ce n’est pas Paulette qui a réagi sur ton champignon, c’est moi André… Quand je lui en ai parlé, elle n’en a jamais entendu parler….J’ai connu ce champignon chez une tante que j’avais dans les années 50…

        1. Ton commentaire, André, ajoute un peu plus de poids à mon article. Je t’en remercie. Je me demande encore d’où vient ce nom de HONGO. Or, ta conclusion m’interpelle: la gente masculine ne prête jamais foi à ces remèdes de « bonne femme ». Sais-tu qu’elle est l’autre définition que donne mon dictionnaire? « HONGO : champignon vénéneux« . Tu vois où je veux en venir? Un de nos ancêtres, sceptique dans l’âme quant aux bienfaits de ce « champignon », a dû déclarer : « Vaya! Carmela, pero eso es un hongo!!!!!! ». el HONGO alias le KOMBUCHA était né. Pourquoi pas? Mais n’oublie pas: après plus de 70ans, il est toujours d’actualité!!!!. Bonne soirée!

  2. Bonsoir les amies.
    Je m’aperçois que mon grain de sel a du être censuré par notre oued MasterCard . Le champignon de fenouil n’est pas celui du fenouil qui servait à aromatiser les olives ou autres rougets sur le grill.
    Il se développait au pied des touffes de fenouil, plante herbacée, dont je ne souviens pas qu’il ait été utilisé en condiment.
    Quant au fameux champignon que nos grands-mères « élevaient » patiemment dans des bocaux, je m’en souviens très bien. Ça me paraissait visqueux et me rappelait une méduse.
    je ne m’en souviens pas en avoir consommé. Par contre, je crois que ma grand mère mettait du vinaigre.
    Compte-tenu du nombre de grands mères qui utilisaient ce remède, je me demande si elles n’ont pas fréquenté la faculté de pharmacie du Messada dont le doyen était le Tio Gines.
    Amitiés.
    René.
    Àbidjan.

    P.S. : je n’ai pas de réaction à la proposition du possible transfert de la vierge de Santa-Cruz pour éradiquer la scoumoune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.