Cuisiner pour se souvenir

livre-de-recettesLa mémoire est une chose étonnante. Il arrive qu’elle vous frappe soudain, à travers une odeur, un goût, une chanson… De mon côté, j’ai la chance d’avoir reçu une double culture, basque par mon père, pied-noire par ma mère. Chez nous, la pipérade avait autant de succès que la frita. D’ailleurs, ces recettes ne sont-elles pas toutes deux à base de tomates et de poivrons ?

Comme beaucoup d’entre vous, je pense, j’ai acquis ce merveilleux « Cahier de cuisine des grands-mères du Rio Salado » que l’on doit à Jadette Salva, « mémoire vivante » et archiviste hors-pair de Rio et à Danielle Rodriguez-Long. On le parcourt avec gourmandise et, à la seule lecture de la table des matières, on se surprend à saliver, chacun selon ses propres souvenirs.

Ainsi, pour moi, « melsa », « potaje », « sardines à l’escabeche » me ramènent immédiatement dans la cuisine de ma grand-mère Irène, près de Nîmes. Je revois le fascinant spectacle des escargots qu’elle faisait dégorger avec de la farine dans une grande cage avant de nous les servir avec une sauce bien relevée dont elle avait le secret.

Je repense, les jours de fête, aux gaspachos qui mijotaient dans une grande paella posée sur un feu de bois dans la courette de la maison et sur lesquels veillaient les hommes tandis que femmes et enfants « tchatchaient » en effritant les galettes…

Maman est pour sa part davantage associée à tous les gâteaux qui nous attendaient mon frère, ma petite soeur et moi pour notre quatre-heures quand nous rentrions de l’école : « mantecaos », « roicos », « borrachuelos », « pets de nonnes » et bien sûr, les succulentes oreillettes de Pierrette ! La « mouna » sera toujours pour moi associée à Pâques même si je l’achète maintenant chez mon boulanger.

Ce billet, plus long que de coutume, j’aimerais le dédicacer à Rosette Chorro que je ne connais pas mais qui, grâce à son « thon aux câpres » (p.66), m’a permis hier d’ajouter une recette facile, rapide et goûteuse à mon carnet de recettes personnel !

Enigme à Turgot-Plage!!!

 

La photo ci-dessous extraite de l’article de Marie EPPHERRE-PROVENSAL sur la plage de Turgot m’intrigue…

cabanon-turgot-plage
Archive D. EPHERRE-PROVENSAL

Il me semble reconnaître le cabanon  de M. SCHWAB Charles que je connaissais bien. Avez-vous les mêmes repères?

Cela  me rappelle nos vacances d’été  et beaucoup de souvenirs  me  touchent.

Que la vie était belle!

Merci par avance de votre réponse.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cimetière de Rio Salado.

Lettre de notre président, Ernest REYNE.

Chers amis,

Vous le savez sans doute, le cimetière de Rio Salado, où reposent  nombre de nos parents et amis, a été profané. Il avait été préservé pendant de longues années, mais désormais, une partie du mur d’enceinte s’est effondrée et en l’absence de gardien, de nombreuses tombes, chapelles et caveaux ont été ouverts et visités.

Nous sommes tenus informés de l’évolution de ce dossier par notre amie Michelle CHORRO en sa qualité de vice-présidente du CSCO (Collectif de Sauvegarde des Cimetières d’Oranie) lequel est intervenu à ce propos auprès des autorités algériennes locales. Continuer la lecture de « Le cimetière de Rio Salado. »

Escale à Sète 2016.

Reportage de Jadette et Jayme SALVA :

« Habitant SÈTE, nous sommes en premières loges lors des manifestations qui s’ y déroulent. En plus des JOUTES,des fêtes de la SAINT PIERRE  et de la SAINT LOUIS,  nous avons aussi ,chaque année, une fête de tradition dans le port : ESCALE à SÈTE, qui rassemble des navires légendaires parmi lesquels  4 mats, goélettes, voiles latines……..

 

1.406-Affiche-32-45-v01.indd
photo du web.

Nous vous faisons partager notre balade.

Continuer la lecture de « Escale à Sète 2016. »

Nos hooligans à nous.

Pendant l’Euro, la France, à travers les médias, vit une période mouvementée avec les exactions de ces terribles hooligans (encore un mot créé de toute pièce pas nos amis anglais).

Vous pensez  que l’hooliganisme (encore un néologisme) est une  invention de la période tourmentée que nous vivons? Pas du tout! Jadette, notre archiviste préférée, exhibe le livre  « Le sport » qu’elle a contribué à mettre en place pour notre amicale.

Extrait :

Continuer la lecture de « Nos hooligans à nous. »